Belgique

Ludivine Dedonder présente son nouveau plan stratégique pour la Défense, et veut créer une composante "cyber" dans l’armée

28 janv. 2022 à 08:28 - mise à jour 28 janv. 2022 à 11:51Temps de lecture2 min
Par A. Lo. sur base d'une interview de Thomas Gadisseux

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder était sur le plateau de François Heureux et Thomas Gadisseux dans la matinale de La Première ce vendredi, alors que la socialiste va présenter un peu plus tard dans la journée son nouveau plan stratégique, sobrement nommé STAR, au Conseil des Ministres.

"Une défense au service de la population, qui doit assurer sa sécurité, investir dans l’humain et les hautes technologies pour rendre notre pays plus résilient aux crises" : voilà comment la ministre résume cette nouvelle vision pour l’armée belge. Le plan STAR pour "Sécurité, Technologie, Ambition, Résilience", fait suite à POP (People Our Priority), présenté début 2021, qui se concentre sur le personnel de la Défense. D’ici à 2030, le budget de la Défense sera renforcé : "la trajectoire de croissance jusqu’à l’horizon 2030 sera de 1,54% du PIB", annonce Ludivine Dedonder, sans donner de chiffres plus précis. On tournerait autour d’une dizaine de milliards d’euros sur trois ans, selon nos informations.

"Participer à la relance économique"

La ministre détaille les axes principaux de cette nouvelle vision stratégique, qui sont là "pour assurer la cohérence" dans l’investissement entre les différentes composantes. La Loi de programmation militaire (LPM) devra ensuite être adaptée, en fonction des capacités nécessaires.

"Dans l’humain, on veut offrir de l’emploi : on recrutera 10.000 militaires, et plusieurs milliers de civils. On vise un trajet de croissance pour atteindre 29.000 militaires en 2030. Deuxième axe, être capable de se déployer, sur le territoire national et à l’étranger. On doit investir dans des capacités duales, le génie civil, notamment" qui a manqué lors des inondations.

"Nous devons faire face à de nouvelles menaces, comme la cybercriminalité. L’objectif est d’arriver à une cinquième composante de l’armée : cyber. On monte en puissance, avec dès la fin de cette année, la mise en place d’un commandement cyber. La défense prévoit la rénovation énergétique de ses installations. Et l’on veut des retours économiques, donc renforcer nos bases industrielles et nos investissements en termes de recherche et développement."

"C’est une vision à 2030, l’objectif c’est la reconstruction. La Défense a été un outil délaissé, qui a subi énormément de coupes budgétaires. L’objectif est de pouvoir agir sur différents théâtres et autres services à la population." C’est un levier à l’investissement, et la ministre l’assume : "c’est participer à la relance économique." "Bien entendu la Belgique ne construit pas seule ses engins, on doit s’inscrire dans l’Europe de la défense, avec de la complémentarité avec les autres pays européens."

Une Défense en crise

Une Défense délaissée, mais également en crise, notamment avec l’affaire Jurgen Konings, qui a révélé des problèmes d’extrémisme au sein de l’Armée. La ministre assure que des actions sont mises en place pour que "ça ne se reproduise plus". "On a mis un nouveau patron à la tête du SGRS, une équipe de transition est en place. Le personnel a été renforcé, d’avantage de collaborations avec d’autres acteurs de la sécurité. Une charte des normes et valeurs est en cours de rédaction, on a mis en place une révision règlement disciplinaire, et la nécessité de vérifications de sécurité tout au long de la carrière des militaires et civiles. Le plan d’action est finalisé, il sera présenté dans les prochaines semaines au Conseil de sécurité et ensuite à l’ensemble des parlementaires."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous