Jupiler Pro League

Lorin Parys et les fumigènes : "certains supporters les cachent, parfois même dans leurs orifices corporels"

© Tous droits réservés

24 oct. 2022 à 14:42Temps de lecture4 min
Par Martin Weynants

Le match entre le Standard et Anderlecht a tourné au fiasco. Cette rencontre qui devait être une fête du foot n’a pas été à son terme suite à des jets de fumigènes des supporters du Sporting. Devant sa télévision, Lorin Parys, le CEO de la Pro League, n’a évidemment pas apprécié le "spectacle".

"En voyant les images, je me suis dit que ça n’allait vraiment pas. On a vu des matches de haute qualité, avec des dizaines de milliers de spectateurs qui avant, pendant, et après le match se sont comportés de manière exemplaire. Tout le monde était super heureux de voir du bon foot. Et puis ce qui s’est passé est hier soir est complètement inacceptable. Le comportement qu’on a vu est illégal. Nous, du côté de la Pro League, on dit clairement à certains spectateurs "vous qui faites des choses pareilles, vous n’êtes plus le bienvenu dans nos stades".

"C’est aussi la raison pour laquelle j’ai infligé une amende de 50.000 euros à Anderlecht, parce que ce sont les supporters anderlechtois qui ont été à la base de l’arrêt du match, ils ont porté atteinte à l’image du football belge. Deuxièmement les gens qui se sont comportés de manière à mettre en danger l’intégrité physique et la sécurité des autres supporters peuvent s’attendre à une sanction. On les a d’ailleurs durcies au début de cette saison-ci, avec des exclusions des stades de 2 à 10 ans, qui peuvent même aller jusque 25 ans en cas de récidive. Les deux clubs devront comparaître devant les instances fédérales quand le procureur aura fait sa requête. Anderlecht devra aussi sans doute assumer un forfait et les instances fédérales décideront peut-être aussi de matches à huis clos pour les clubs. Les sanctions et conséquences de ce qui s’est passé hier soir sont lourdes et la justice pourrait encore aussi commencer à poursuivre des gens de son côté."

"Ce comportement est inacceptable et n’a rien à voir avec le football en Belgique"

Pour sanctionner, il faut identifier les auteurs. Ce qui n’est évidemment pas facile avec les cagoules, les masques ou les écharpes. "On a un plan de sécurité renforcé dont on a déjà vu les premiers effets. Récemment par exemple dans un cas concernant Malines, on a vu une personne condamnée à 5 ans d’exclusion de stade. C’est un aspect du plan présenté au début de cette saison, on a durci les peines. Et par ailleurs ce ne sont plus les clubs mais bien une instance indépendante au sein de la Fédération qui prononce les peines. Et troisièmement, les exclusions ont un effet immédiat, même avant que la peine soit prononcée. Toute la procédure tient en 20 jours ouvrables. Ça veut dire qu’on va très vite, parce qu’on veut être très clair : ce comportement est inacceptable et n’a rien à voir avec le football en Belgique."

Le constat et clair, les intentions posées. Il faut désormais tenter de dégager des solutions. Ces fumigènes sont interdits, des fouilles sont organisées et pourtant ces objets rentrent quand même dans les stades. Comment est-ce possible ? "J’ai pris contact avec la direction du Standard. Ils m’ont bien confirmé qu’ils avaient fait deux inspections préalables dans le stade. Ils ont même vérifié l’eau des toilettes pour voir s’il n’y avait rien de caché. Et puis il y a eu deux fouilles corporelles. Par les stewards puis par la police locale. Ce qui veut dire que certains supporters cachent des petits fumigènes partout sur leur corps et même parfois dans leurs orifices corporels. Même une fouille effectuée par la police ne permet donc pas de trouver tous les fumigènes."

"On est seulement au début de l’application des nouvelles peines. Les effets doivent encore se faire ressentir"

Lorin Parys refuse de baisser les bras et de considérer que c’est un combat perdu d’avance. "Je ne dirais pas ça, parce que ce qui s’est passé hier me renforce dans ma conviction qu’il faut vraiment une nouvelle culture au sein de certains groupes de supporters. Avec toutes les mesures préventives qu’on prend, avec le contrôle de l’identité et le ticket d’accès nominatif (ticket au nom de la personne à qui le ticket a été accordé), puis la vérification lors de certains matches pour certains groupes de supporters à l’entrée du stade (fouilles), avec les sanctions pour les gens qui ont un comportement inacceptable… Tout ça c’est le début d’une nouvelle culture qui doit naître dans le foot belge et je suis convaincu qu’on verra les effets dans quelques années, quand les gens verront qu’ils sont immédiatement condamnés et qu’ils devront trouver un autre hobby parce qu’ils ne pourront plus assister aux matches de foot en Belgique."

"On est seulement au début de l’application des nouvelles peines. Les effets doivent encore se faire ressentir. Donnez-nous un peu de temps pour voir comment ce nouveau plan se met en place puis on fera une évaluation et on prendra des mesures additionnelles s’il le faut. Mais on le fera en concertation avec les pouvoirs publics, parce que les clubs de foot eux-mêmes, seuls, ne peuvent pas mettre en place toutes les mesures pour faire en sorte que la sécurité soit garantie. On doit tous collaborer, pour mettre ce plan en œuvre tous ensemble."

Le règlement actuel, qui permet notamment aux supporters de faire arrêter le match, est sans doute imparfait. "Tout est sur la table, à évaluer. On doit effectuer une évaluation qui mettra aussi en cause les règles en place. Je ne sais pas me prononcer aujourd’hui là-dessus, parce que je veux vraiment qu’on fasse une évaluation après un certain temps, et pas que l’on travaille au fur et à mesure. On verra à ce moment si on doit prendre des mesures additionnelles, mais tout est vraiment sur la table."

Lorin Parys veut faire bouger les choses et trouver des solutions pour éradiquer ce genre de comportements de notre football. Pour y parvenir, le CEO de la Pro League devra aller au-delà des déclarations d’intentions. Il semble déterminé.

Sur le même sujet : extrait du JT du 24/10/2022

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous