L'oreille d'abord

« L’Oreille d’abord » nous emmène à la découverte des trésors musicaux de l’abbaye de Westminster

L'oreille d'abord

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

15 août 2022 à 09:24Temps de lecture2 min
Par Tania Markovic

Pour la deuxième année consécutive, chaque week-end de l’été nous vous proposons une émission de nos collègues de la Radio – télévision Suisse. Il s’agit de L’Oreille d’abord, une série signée Catherine Buser. Nous avons sélectionné pour vous 9 épisodes qui vous porteront aux quatre coins du monde : du côté de la vieille Europe nous parcourrons successivement l’île grecque de Cythère, la lande bretonne ou encore la capitale du Danemark. Nous ferons aussi un tour de l’autre côté de la Manche chez nos voisins anglais sans oublier de rendre visite à leurs alliés américains en en profitant pour faire un crochet par le Mexique !

Pour ce voyage auditif laissez au placard matériel de randonnée, gourde, carte routière ou guide touristique. À l’heure où la planète brûle, nous vous proposons le tourisme le plus écologique qui soit : pas besoin de voiture ou d’avion pour quitter le plat pays, juste les oreilles et l’imaginaire…

Aujourd’hui cap sur Londres, direction l’Abbaye de Westminster ! Depuis Guillaume le Conquérant, tous les rois d’Angleterre puis du Royaume-Uni ont été enterré dans cette abbatiale et près de 3000 personnalités du monde britannique y sont inhumées, autant dire que les cérémonies qui ont lieu à Westminster se déroulent avec tout le faste et le décorum qu’on peut attendre d’un tel lieu. La musique y occupe une place essentielle, c’est justement la vie musicale de l’Abbaye de Westminster que Catherine Buser nous propose de découvrir dans cette "Oreille d’abord".

L’Abbaye de Westminster
L’Abbaye de Westminster Flavia Morlachetti

Tour d’horizon des organistes de Westminster

L’un des organistes les plus célèbres de l’abbaye ne fut autre qu’Henry Purcell qui y resta en fonction jusqu’à sa mort. Les officiels de l’abbaye ont d’ailleurs décidé d’honorer sa mémoire en l’inhumant dans l’aile nord de l’abbaye, juste à côté de son instrument chéri : l’orgue. On peut lire en épitaphe sur sa tombe : "Ici repose Henry Purcell Esq., qui a quitté cette vie et est parti pour ce lieu béni qui est le seul où son talent puisse être surpassé". En tant que l’édifice religieux le plus important de Londres, l’abbaye de Westminster peut s’enorgueillir d’avoir accueilli à la tribune de ses orgues les meilleurs musiciens d’Angleterre. Lire la liste des organistes qui ont animé ces voûtes revient à consulter le "Who is who ?" des musiciens du pays. Purcell a succédé à son professeur, John Blow, qui à la mort de son élève retrouve de nouveau son poste. Avant lui, un certain Christopher Gibbons s’est également illustré à la tribune de Westminster. Gibbons a joué un rôle essentiel dans la musique anglaise de la seconde moitié du XVIIe siècle. En tant que musicien du Roi, il a été chargé de former tous les compositeurs de la Restauration. Parmi eux Blow, Humphrey et Purcell. Il a ainsi joué un rôle fondamental dans la renaissance de la musique anglaise et en particulier de la musique religieuse de cette époque.

Sur le même sujet

À la découverte musicale de l’âme du Mexique

L'oreille d'abord

"L’Oreille d’abord" nous emmène dans les pas de Richard Strauss à Montreux

L'oreille d'abord

Articles recommandés pour vous