RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

L’Open Vld veut un arrondissement électoral fédéral : une proposition à rebours des précédentes réformes de l’Etat

27 mai 2022 à 08:03 - mise à jour 27 mai 2022 à 14:18Temps de lecture3 min
Par Belga, édité par Alice Dulczewski

L’Open Vld vient de déposer une proposition de loi visant à instaurer un arrondissement électoral fédéral qui désignerait 20 des 150 députés à la Chambre, rapporte De Standaard vendredi. L’idée d’instaurer une telle circonscription séduit côté francophone. Elle ne semble par contre pas récolter de majorité côté flamand.

"Alexander De Croo n’a aucun compte à rendre en Wallonie, car personne ne peut y voter pour lui", a commenté le président de l’Open Vld Egbert Lachaert. "Ce n’est pas normal".

La proposition de loi des libéraux flamands ne précise pas les modalités de sa mise en œuvre. Celle-ci se limite à modifier l’article 63 de la Constitution, ouvert à révision sous cette législature, et à renvoyer ces considérations à l’adoption d’une loi.

"La proposition figure depuis longtemps dans le programme du PS qui a toujours été favorable à l’instauration d’un arrondissement électoral fédéral visant à désigner des députés à la Chambre", indique le parti socialiste dans une réaction envoyée à Belga. "Les modalités sont à définir, chacune ayant une grande importance : combien de députés, en plus de ceux déjà présents ou pas, comment garantir l’équilibre francophones/néerlandophones, etc.", poursuit le parti socialiste.

"Une circonscription fédérale est nécessaire pour mieux faire fonctionner notre démocratie belge", réagit dans un communiqué Gilles Vanden Burre, chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre. Son collègue de Groen Kristof Calvo se montre également favorable à sa mise en place.

Plus de coopération et de dialogue

"En tant qu’écologistes, nous plaidons depuis longtemps pour une circonscription fédérale. Ce pays aspire à plus de coopération et de dialogue", ajoute M. Vanden Burre. "Une circonscription fédérale peut y contribuer. C’est précisément la raison pour laquelle nous voulons également rendre possibles les listes multilingues dans une telle circonscription fédérale, contrairement à la proposition Open Vld".

"L’introduction d’une circonscription fédérale devrait faire partie d’un ambitieux paquet Vivaldi de renouveau politique", estime encore Gilles Vanden Burre, qui trouve également positif que le parti du Premier ministre insiste désormais ouvertement sur ce type de propositions rassembleuses.

Outre les écologistes et le PS, la proposition rencontre également un écho positif chez les libéraux francophones. "Les libéraux travaillent à une Belgique plus forte, plus efficace. Arrêter la division et mettre en place les réformes libérales dont notre pays a besoin", a tweeté le président du MR Georges-Louis Bouchez.

Loading...

Le président des Engagés Maxime Prévot suggère une alternative au mécanisme de la circonscription fédérale. Il propose "dans l’esprit de la circonscription fédérale, que les citoyens aient une voix supplémentaire pour voter pour des partis d’une autre communauté linguistique. Les politiques seraient ainsi amenés à considérer les préoccupations de l’ensemble des citoyens belges", écrit-il sur le réseau en ligne.

Reste à voir si la proposition libérale pourra compter sur une majorité des deux tiers au Parlement, nécessaire en cas de révision de la Constitution. Le Vlaams Belang, la N-VA et le CD&V ont déjà affiché leur opposition, excluant ainsi toute majorité côté flamand.

L’Open Vld est clairement à la recherche d’une formule magique

La N-VA a ainsi déploré vendredi un manque de clarté et de précision dans la proposition de l’Open Vld. "Les élus qui seront choisis dans cet arrondissement unitaire le seront-ils par rôle linguistique ? Seules les voix de préférence seront-elles prises en compte ? Ce serait bien que le parti fasse la clarté à ce sujet avant de se répandre dans les médias", a déploré le chef de groupe à la Chambre Peter De Roover. "L’Open Vld est clairement à la recherche d’une formule magique pour susciter un sentiment belge auprès de la population. Il veut pour cela utiliser une technique qui n’est appliquée dans aucun autre État fédéral. On peut bien évidemment toujours essayer de stimuler le sentiment belge, mais pas en chipotant à notre loi électorale", a-t-il conclu.

Sur le même sujet

Les jeunes de 16 ans pourront voter aux prochaines élections européennes de 2024

Politique

Marc Antoine Mathijsen sera candidat face à Maxime Prévot à la présidence des Engagés

Belgique

Articles recommandés pour vous