Monde Europe

L’ONU relocalise son personnel non essentiel en Ukraine

Le drapeau national ukrainien flotte dans le centre de Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, à quelque 40 km de la frontière ukraino-russe, le 21 février 2022. L'Ukraine a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies pour faire face

© AFP

22 févr. 2022 à 13:01Temps de lecture2 min
Par Belga

L’ONU a indiqué mardi avoir commencé à relocaliser son personnel international non essentiel en Ukraine, face aux craintes d’une escalade militaire majeure dans le pays après la reconnaissance par Moscou de régions séparatistes.

"Nous sommes déterminés à rester et à poursuivre nos activités en Ukraine, en particulier dans l’est du pays", a déclaré la porte-parole de l’ONU à Genève, Alessandra Vellucci, lors d’un point de presse. "Nous continuons à être pleinement opérationnels", a-t-elle ajouté.

Elle a expliqué qu'"en raison de l’évolution de la situation sur le terrain, nous avons autorisé la relocalisation temporaire de certains membres du personnel non essentiels et des personnes de leur famille qui sont à leur charge".

"Mais dans le même temps, nous avons un peu plus de personnel qui arrive pour soutenir nos opérations" en Ukraine, a-t-elle ajouté.

1510 membres du personnel en Ukraine

La décision prise par le président russe Vladimir Poutine lundi de reconnaître l’indépendance des régions séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine, Donetsk et Lougansk, a été condamnée par les Occidentaux et par l’ONU.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a affirmé qu’il s’agissait d’une "violation de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Ukraine".

L’ONU compte 1510 membres du personnel en Ukraine, dont 149 internationaux, a indiqué Mme Vellucci. En tout, une centaine sont basés dans les régions de Donetsk et de Lougansk.

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) se tient prêt à faire face à tout afflux, en cas d’escalade du conflit.

"La situation reste imprévisible", a déclaré pendant le point de presse une porte-parole, Shabia Mantoo, même si pour l’instant l’agence de l’ONU n’a pas constaté de mouvements de population en dehors des régions de l’est du pays.

"Nous sommes prêts à soutenir les efforts des gouvernements et des autres parties prenantes pour protéger les réfugiés et trouver des solutions pour les personnes déplacées au cas où il y aurait des mouvements", a-t-elle insisté.

Un porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha), Jens Laerke, a pour sa part indiqué que les Nations unies poursuivaient pour l’instant le plan de réponse humanitaire mis en place avant la récente escalade des tensions, malgré le manque de fonds.

Ainsi, a-t-il dit, "vendredi, il y a eu un convoi qui a livré des fournitures dans les zones non contrôlées par le gouvernement dans la région".

Sur le même sujet:

Ukraine : coup de force de Vladimir Poutine

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Invasion de l'Ukraine : Washington prépare une résolution de l'Onu contre la Russie

Monde

Invasion de l'Ukraine : comme pour l'invasion de l'Irak, l'ONU impuissante

Monde

Articles recommandés pour vous