RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Loi homophobie: la Belgique ne suspendra pas l'aide à l'Ouganda

Elio Di Rupo à la Chambre
27 févr. 2014 à 17:20 - mise à jour 27 févr. 2014 à 18:14Temps de lecture1 min
Par Belga News

"Autant nous condamnons les autorités ougandaises, autant nous ne voulons pas que le peuple ougandais souffre des décisions liberticides de ses autorités", a indiqué jeudi Elio Di Rupo à la Chambre après avoir redit sa "consternation" après le vote du renforcement de l'arsenal législatif homophobe mis en place par le président Yoweri Museveni.

"L'aide que la Belgique fournit à l'Ouganda (pays partenaire, Ndlr) ne porte pas sur la coopération à la justice ou à la police Ougandaise, mais sur l'éducation et les soins de santé", a justifié Elio Di Rupo. "Etant donné qu'il s'agit de projets en matière d'enseignement et de soins de santé, je pense que nous ne devons pas suspendre notre aide au développement. Bien entendu, nous veillerons à ce que les projets belges s'inscriront pleinement dans le respect des droits fondamentaux", a-t-il précisé. Patrick Dewael (Open Vld) qui a souligné combien les lois ougandaises controversées rappelaient "les heures les plus sombres du XXe siècle", a dit comprendre la position du Premier ministre tout en insistant sur la nécessité de négocier cette aide qui ne pouvait constituer un acte sans contre-partie.

La Belgique appelle en premier lieu les autorités ougandaises à "abolir cette loi intolérable", a indiqué Elio Di Rupo également interrogé par Christophe Lacroix (PS). Elle appelle également l'Union européenne à agir concrètement. Enfin, la Belgique entend placer la question à l'agenda du Sommet entre l'Union européenne et africaine qui aura lieu les 2 et 3 avril à Bruxelles. "Enfin, je ne doute pas que le Commissariat général aux réfugiés tiendra compte, dans l'examen des demandes d'asile, de cette nouvelle législation ougandaise", a conclu Elio Di Rupo.

Belga

Sur le même sujet

Bruno Wiel, victime d'une agression homophobe: "Je devrais être mort"

USA: le président ougandais fait les frais de sa politique anti-gay

Monde