RTBFPasser au contenu

Cinéma - Acteurs

L’interview de Lady Gaga, la veuve noire du film "House of Gucci"

Lady Gaga à la première de "House of Gucci"

Dans le casting haut de gamme de "House of Gucci", Lady Gaga s’impose haut la main. Déjà convaincante dans "A star is born", la chanteuse incarne une Patrizia Reggiani fougueuse à souhait… Avec, sans doute, une nomination à l’Oscar à la clé.

Comment a-t-elle pris sa place dans cette tragédie familiale shakespearienne ? Et comment a-t-elle apprécié l’expérience de tourner sous la direction de Ridley Scott ? Les réponses dans son interview intégrale.

L’interview intégrale en version originale

L'interview de Lady Gaga pour "House of Gucci"

l'interview d'Hugues Dayez

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La traduction

Le défi, dans votre dernier film, était d’incarner une chanteuse, cette fois-ci, c’est un tout nouveau défi dans cette grande tragédie familiale, dans quel état d’esprit avez-vous découvert ce nouveau défi ?

Lady Gaga : D’abord, je voudrais vous remercier pour cette interview aujourd’hui, et de prendre le temps de parler avec moi de cette profonde expérience personnelle. Faire ce film, c’était sans doute le meilleur moment de toute ma carrière. Je me suis rendu compte très tôt du défi que représentait ce personnage, mais je pense que ce défi était aussi ce que j’ai aimé dans le projet. Mon état d’esprit a évolué durant tout le processus : pendant 6 mois, j’ai travaillé mon accent, en essayant de créer un contexte et un passé à ce personnage. Sa biographie représente environ 80 pages d’anecdotes et de contexte, que j’ai écrites moi-même à partir de mes recherches, de ce que j’ai lu, vu et entendu sur elle. J’ai commencé dans un état d’esprit où j’étais encore "Stefania", qui est mon nom, j’étais "moi" mais je parlais avec un accent avec lequel je prenais l’habitude d’avoir des conversations, d’une manière qui était naturelle et avec une voix qui ne le faisait pas à ma place. Mais c’était moi qui parlais. Ensuite, je me suis rendu compte que si j’avais accepté le rôle, c’était parce que c’était un défi. Et parce que l’histoire n’était pas celle qu’on croyait. Quand Patrizia épouse Maurizio, il n’avait pas d’argent. Quand elle a voulu le faire assassiner, ils étaient divorcés. Et donc, ce que les gens croient, que c’était uniquement une affaire d’argent, n’est en fait pas vrai. J’ai trouvé cela fascinant, et je me suis demandé comment je pouvais faire autant de recherches que possible à la manière d’une journaliste et me faire ma propre idée de ce qui s’était passé là. Je pense qu’il est tombé amoureux de sa force, et qu’elle était follement amoureuse de lui, et je pense qu’elle a aussi infiltré son courrier, donc, mon avis est qu’en surveillant son courrier, elle était en mode survie… J’étais dans ce mode survie presque tout le temps parce qu’elle l’était. Donc, si Patrizia ressentait ça, je le ressentais aussi.

HOUSE OF GUCCI

Dès le 24 novembre au cinéma.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Parlons de la méthode de Ridley Scott, il travaille très vite, avec de nombreuses caméras, donc, vous devez être dans la scène immédiatement, est-ce que vous avez trouvé cette méthode de travail difficile ?

J’ai adoré travailler comme ça, je ferais n’importe quel film avec Ridley Scott, j’aime travailler avec lui, c’est différent, c’est plus rapide, mais avec Susan Batson, ma prof d’art dramatique, nous avons travaillé 6 mois en amont, et elle me regardait sur le plateau tous les jours via Zoom, et Beatrice Pellicia était là avec moi pour travailler sur mon accent et mon jeu. J’avais une analyse spécifique du scénario que j’emportais tous les jours sur le plateau. A la fin, quand vous arrivez sur le plateau, vous jetez tout le travail de préparation par la fenêtre parce que vous devez être présente et dans l’instant avec les acteurs. Mais j’aime la façon dont tourne Ridley, parce que quand il tourne, il filme tout le monde au même moment. Il ne se concentre pas sur un acteur, et puis il se retourne, il obtient la vraie scène, l’alchimie entre les acteurs, et je ne pense pas qu’il y ait de meilleure méthode que ça. C’est pour ça que je dis qu’il est un génie à travailler de cette manière, et que c’est à nous, les acteurs, d’être prêts pour lui.

Comment voyez-vous l’avenir ? Comment allez-vous partager votre temps entre le cinéma et la réalisation de vos albums ?

Je ne m’investis que dans un travail qui me parle. Et je fais le travail qui selon moi va parler au public, et le faire sourire. Donc, je ne sais pas encore quelle sera ma prochaine aventure… Mais ce sera certainement quelque chose qui aura du sens pour mon cœur. Et ce film a du sens pour mon cœur. Cette histoire s’est réellement passée, c’est une histoire de la vraie vie. Et cette histoire, je crois, mérite d’être racontée de la manière la plus honnête possible. Et j’encourage les gens à se rappeler que moi-même et je pense que je peux parler au nom de mon personnage, nous voulons faire sourire le public. Et Ridley aime que les gens se sentent divertis, transportés dans un autre monde, et si vous n’avez plus été dans une salle de cinéma depuis un certain temps, c’est le moment d’y aller. Parce que c’est tellement amusant. Et après 18 mois de Covid, venez voir la famille Gucci, la folle histoire de la famille Gucci parce qu’on est là pour vous faire sourire, pour vous faire rire, parce que c’est comme ça que nous sommes, et je suis heureuse de partager ça avec vous.

Sur le même sujet

04 mars 2022 à 15:28
1 min
28 déc. 2021 à 13:57
1 min

Articles recommandés pour vous