Icône représentant un article video.

Regions Liège

L’impact de l’inflation dans les friteries : "C’est un combat de tous les jours"

Friteries : les coûts flambent littéralement

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

12 oct. 2022 à 13:07 - mise à jour 12 oct. 2022 à 13:19Temps de lecture2 min
Par Marie Bourguignon

Cela fait 35 ans que la friterie "La mère Berthe" existe dans le quartier des Vennes à Liège. Depuis plusieurs mois, le travail se complique. Comme tout le monde, Geneviève Lahaye, la gérante, a vu ses factures d’énergie augmenter : "Ils nous ont triplé nos acomptes et on s’attend à une régularisation fin de l’année aux alentours de 20.000 euros. Mais on n’a pas encore augmenté les prix, on a juste fait payer les sacs papiers. C’est un combat de presque tous les jours"
 

Geneviève doit aussi faire face à l’augmentation du prix des matières premières. La graisse a notamment augmenté de près d’un euro le kilo, c’est aussi le cas de la mayonnaise. "Pour un seau de dix kilos de mayonnaise l’année passée on payait trente-trois euros hors TVA, maintenant on est à quarante-sept", précise cette gérante.

© Marie Bourguignon

Trouver des bons plans pour garder la frite

Pour limiter les dépenses et garder la tête hors de l’eau, Geneviève a trouvé plusieurs solutions. "S’il y a un produit qu’on utilise généralement et qui est en promotion, on en achète en plus grosse quantité à ce moment-là, plutôt que de dispatcher comme on faisait toutes les semaines."

Dans l’arrière-cuisine, le lave-vaisselle trop énergivore n’est pas encore en marche. "Avant on arriverait à 8 heures, on allumait le lave-vaisselle, on faisait nos machines plic ploc au fur et à mesure quand on amenait la vaisselle sale. Maintenant, voilà, il n’est toujours pas allumé, il est 10h30. On va l’allumer quand toute la mise en place du matin sera terminée."

Les clients mangent les sauces de chez eux alors qu’avant ils prenaient tout.

L’impact de cette crise, Geneviève le ressent aussi au niveau des ventes. ''On voit que les gens font attention." ajoute-t-elle "Les clients se font moins plaisir. Ils enlèvent la sauce, ils mangent les sauces de chez eux alors qu’avant ils prenaient tout. Ils diminuent la quantité de viande aussi ou ils ne prennent pas de salade."

Dans cet établissement, la petite frite coûte toujours 2,50 euros. La gérante se bat pour maintenir ce prix le plus longtemps possible.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous