RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Le site de l'ancien hôpital de Bavière, trente années de déshérence

Liège: le site de Bavière, un chancre à l'entrée de la ville depuis 30 ans
12 mars 2014 à 07:26Temps de lecture1 min
Par Caroline Adam

L'abandon du site hospitalier de Bavière, devenu trop exigu pour y permettre des soins de qualité, a officialisé la séparation entre les services de santé de l'Université de Liège et ceux du CPAS. Les deux entités géraient ensemble l'établissement, construit au début du XVIIe siècle par le prince-évêque Ernest de Bavière. Le CPAS monte à la Citadelle, et l'Université s'implante au Sart Tilman. Abandonnés, les bâtiments de Bavière se dégradent durant des années, victimes de pillages et de squatteurs. Fin 2007, un projet d'habitations et logements de 100 millions d'euros est lancé par Himmos, une société anversoise filiale du groupe hollandais Heymans. Les bâtiments sont rasés, sauf l'entrée monumentale de 1895 et la chapelle, qui sont classés. Mais la crise financière ruine ce projet.

Un quartier paupérisé

Le site change alors plusieurs fois de mains. Actuellement, il appartient au groupe Thomas et Piron et au Fonds de pension Ogéo, filiale de Tecteo. Mais rien n'y bouge. L'Université de Liège s'est montrée intéressée, pour y implanter ses deux écoles d'architecture, St-Luc et Lambert Lombard, mais jusqu'à présent sans suite concrète de la part des promoteurs. L'Opéra royal de Wallonie y a dressé durant trois saisons le grand chapiteau de "La Fenice", provenant de Venise, pour y donner ses représentations durant les travaux de réhabilitation du Théâtre royal. Cela a recréé un peu d'animation nocturne. Des associations socio-culturelles, notamment lors de la campagne pour "Liège 2015", ont proposé de transformer l'ancien bâtiment de dentisterie en centre artistique. Mais les moyens financiers font défaut. La Province de Liège a racheté en 2011 le site voisin d'Intermosane, pour y étendre l’École paramédicale du Barbou et l'Institut Malvoz. Et l'ancien hôpital de Bavière est devenu depuis trois décennies ou presque, un chancre permanent à l'entrée de Liège, contribuant à la paupérisation du quartier.

Alain Delaunois
 

Sur le même sujet

Liège: le futur quartier de Bavière n'est pas prêt à sortir de terre

Regions

Articles recommandés pour vous