RTBFPasser au contenu

Regions Liege

Liège: le nouveau directeur général de l'opéra royal traine un épineux problème de plafond salarial

Liège: le nouveau directeur général de l'opéra royal traine un épineux problème de plafond salarial
29 nov. 2021 à 10:451 min
Par Valérie Dupont et Michel Gretry

Comme en région wallonne, les hauts fonctionnaires italiens sont soumis depuis une demi-douzaine d’années à un plafond de rémunérations. C’est le cas pour de nombreux postes à responsabilité dans des organismes publics ou parapublics. Ces dispositions légales ont été âprement contestées en justice, mais selon le Teatro Verdi, où le directeur général de l’Opéra Royal de Wallonie a été superintendant avant d’arriver en cité ardente en octobre, elles auraient dû s’appliquer à Stefano Pace : au lieu de percevoir un montant annuel de 140.000€, il aurait dû, depuis cinq ans, se contenter de 120.000€, dans une sorte d’autolimitation puisqu’il était en charge de cet aspect du management. La cour des comptes estime que l’intéressé doit rembourser 100.000€, ce qu’il refuse. C’est le quotidien populaire local Il Piccolo qui a récemment mis ce litige sur la place publique. Il croit savoir que Stefano Pace n’a donc pas obtenu le congé officiel, ou plutôt la décharge, de ses fonctions.

La Fondation Teatro Verdi est une société de droit privé qui associe la ville de Trieste, la région du Frioul et l'état, la République. L'avocature, c’est-à-dire l’équivalent d’un procureur, a été saisie d’une plainte officielle. L'Opera Royal de Wallonie a réagi par la voix de son président, qui parle "d'un problème de droit social d'ordre privé". Le point doit être évoqué lors du prochain conseil d'administration, le premier mardi de décembre, parmi les points divers de l'ordre du jour. Il n'empêche, l’affaire résonne comme une fausse note, particulièrement dans une région liégeoise déjà marquée, à l'aéroport ou chez Nethys, par plusieurs soucis de bonne gouvernance salariale.

 

Articles recommandés pour vous