Regions Liège

Liège: des boxers imprimés de feuilles de cannabis interdits de vente sur la Batte

Liège: des boxers imprimés de feuilles de cannabis interdits de vente sur la Batte
11 sept. 2018 à 07:50 - mise à jour 11 sept. 2018 à 07:50Temps de lecture1 min
Par François Braibant

La police de Liège confirme : oui, elle est bien intervenue dimanche sur la batte pour interdire la vente de certains vêtements. En fait, un lot de caleçons vendu par un commerçant. Il a dû retirer la marchandise de son étalage. Ce qui a poussé la police à agir ainsi, c'est le motif imprimé sur ces sous-vêtements.

Le motif imprimé sur ces caleçons représentait des feuilles de chanvre, du cannabis donc. De simples boxers qui ont mis la police sur les nerfs. Porte-parole de la police de Liège, Benoit Ferrière nous a confirmé que des agents en civil sont bien intervenus pour interdire à ce commerçant de la Batte de vendre cette marchandise : "Les policiers, sur le moment, ont estimé que c'était nécessaire. L'incitation à la consommation de cannabis est répréhensible par la loi. Maintenant, évidemment, tout est question d'interprétation et de voir justement si un caleçon avec une feuille de chanvre représente une incitation à la consommation ou pas. A préciser néanmoins qu'ils n'ont pas saisi son stock. Il a pu repartir avec mais il lui a simplement été demandé de les retirer de son étal". Le porte-parole de la police de Liège précise qu'il n'y a pas eu de procès-verbal.

La question du cannabis a justement été abordée dans le discours du bourgmestre de Liège ce lundi, lors de la cérémonie des fastes de la police. Willly Demeyer, bourgmestre et tête de liste PS aux communales, souhaite que l’État prenne en charge le contrôle et peut-être même la distribution du cannabis afin que les consommateurs, les jeunes notamment, n'entrent pas en contact avec les réseaux mafieux qui vendent cette drogue.

Une proposition dans la droite ligne du premier projet Tadam de distribution contrôlée d’héroïne. Un projet pilote liégeois finalement recalé par le gouvernement après deux ans de fonctionnement.

Articles recommandés pour vous