RTBFPasser au contenu

Politique monde arabe

Libye: il y a un an, une "journée de la colère" lourde de conséquences

Libye: il y a un an, une "journée de la colère" lourde de conséquences
17 févr. 2012 à 07:391 min
Par RTBF
Comme toujours, il y a eu une étincelle, une goutte d'eau qui a fait déborder le vase de la colère. En Tunisie, cela a été le suicide par le feu d'un modeste vendeur de légumes. En Libye, tout s'est déclenché suite à l’arrestation d'un avocat, militant des droits de l'homme et défenseur de familles de prisonniers politiques massacrés par le régime Khadafi.

Galvanisés par cette arrestation, les habitants de Benghazi ont osé descendre dans la rue, les hommes comme les femmes. Une démarche qui a impressionné l'armée.

"Oui, je peux vous confirmer qu'une partie de l'armée à Benghazi ainsi qu'une partie de la police a rallié la cause des insurgés suite à une manifestation gigantesque. Tous les hommes sont sortis. Puis les femmes, les mères ont poussé leur fils à sortir. Et puis elles ont suivi. Les femmes, dans la culture libyenne, quand elles sortent dans la rue, c'est quelque chose de très impressionnant et ça empêche l'armée d'agir comme elle le faisait précédemment", racontait alors un témoin.

La révolte de Benghazi s'est progressivement propagée à l'ensemble du pays. Le pré carré du clan Khadafi et l'armée ont résisté pendant six mois. L'intervention de l'Otan aux cotés des insurgés a été décisive. Le 23 octobre, les nouvelles autorités libyennes proclamaient la libération du pays.

Aujourd'hui, l'avocat emprisonné en février 2011, cette petite goutte d'eau qui a fait déborder le vase, est devenu le ministre de la Jeunesse et des Sports.

Françoise Wallemacq

Articles recommandés pour vous