RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Moyen-Orient

Liban : des briques écologiques pour se chauffer

13 janv. 2022 à 16:16Temps de lecture2 min
Par Sophie Guignon

Avec la crise économique aiguë que traverse le pays, près de 80% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté et n’a plus les moyens de se chauffer. La réserve naturelle du Chouf a lancé un programme d’aide aux plus vulnérables en distribuant des bûches écologiques inflammables pour les poêles à bois.

" Regardez, la bouteille de gaz est vide. Ça fait 6 mois qu’on ne peut plus en acheter. Et pour le mazout ou le bois de chauffage, je dois dépenser tout mon salaire. À la fin du mois, il ne me reste rien pour la nourriture ", s’exaspère Bassam Zeidan. Électricien de profession, il ne gagne plus que l’équivalent de 30 euros. Son salaire a perdu toute sa valeur à cause de l’inflation galopante. Le père de famille vit dans le village de Maasser el Chouf, à 1200 mètres d’altitude avec sa femme, Nahed et leurs 3 enfants. Dans cette zone montagneuse, impossible de passer l’hiver sans chauffage mais il n’est pas non plus envisageable de ne pas se nourrir.

On donne aux gens les matières premières pour se chauffer l’hiver

Face à ce dilemme auquel font face de nombreux Libanais, les équipes de la réserve du Chouf ont décidé d’agir en fabriquant des briques écologiques à base de copeaux de broussailles et de résidus d’olives. Plus de 900 familles bénéficient de ce programme financé par les Nations Unies et plusieurs ONG internationales.

La production de ces bûches écologiques commence sur les collines boisées de la réserve. Les ouvriers débroussaillent la zone, puis broient les branches et les ronces en copeaux. " Avant, les animaux se chargeaient de manger ces fourrés, mais la faune a diminué. Ces buissons sont très propices aux incendies. Avec ce programme, on empêche les départs de feu et on donne aux gens les matières premières pour se chauffer l’hiver. " Détaille Kamal Abou Assir, le responsable du projet.

C’est une fierté de faire quelque chose de positif pour ma région

Ces copeaux sont ensuite mélangés avec les résidus d’olives obtenus auprès des pressoirs alentour puis, la mixture est compressée et moulée. Le séchage prendra jusqu’à un mois. Marcel Achkar, propriétaire de pressoir, s’est engagé dans ce projet dès le début de la crise économique il y a deux ans. " Pour moi, c’est une fierté de faire quelque chose de positif pour ma région." raconte-t-il, ému. Cette saison 150 tonnes de briquettes ont été distribuées et la réserve espère multiplier sa production par six dans les années à venir.

 

Articles recommandés pour vous