RTBFPasser au contenu
Rechercher

Chroniques Culture

L’expression "se corser", un lien avec l'île de Beauté ?

Drapeau corse

Parler de quelque chose qui "se corse", c’est se rendre compte qu’elle devient de plus en plus difficile. Comment oublier, par exemple, ces longs moments de solitude en défilant les pages d’un examen en mathématiques ?

Saviez-vous que cette expression ne puisait pas ses origines dans l’histoire de la Corse, cette célèbre île de Beauté ?

"Le corps" avant "la force"

Dans "Les 1001 expressions préférées des Français", le lexicographe français, Georges Planelles, rappelle qu’au XVe siècle, le verbe "corser" ou "courser" signifie d’abord "prendre, lutter en saisissant à bras-le-corps".

Après être tombé dans l’oubli, le verbe refait surface au XIXe siècle, sous forme d’adjectif pour signifier "ce qui a de l’importance", comme dans le Bal de Sceaux où Balzac parle d’une "érudition corsée". Vers la moitié du XIXe siècle, quelque chose de corsé devient aussi "quelque chose d’amusant, de piquant" mais désigne aussi, au sens propre, "ce qui a un goût relevé".

Au fur et à mesure, le verbe signifie, au sens figuré, la force, l’intensité. Lorsqu’on dit d’une chose qu’elle "se corse" - c’est-à-dire plus forte, plus intense – elle devient par extension, plus compliquée. Grosso modo, c’est la difficulté qui gagne en force !

Sur le même sujet

04 mars 2022 à 21:34
Temps de lecture2 min

Articles recommandés pour vous