Les Grenades

"L’évaporée" de Fanny Chiarello et Wendy Delorme : une rupture amoureuse et des renaissances

© Tous droits réservés

23 oct. 2022 à 09:32Temps de lecture4 min
Par Fanny De Weeze*, une chronique pour Les Grenades

Écrire à "quatre mains" est un exercice particulier. Au-delà de la performance de s’harmoniser sur le récit, il y a un travail à fournir sur la forme pour que les deux styles se coordonnent parfaitement. Et Fanny Chiarello et Wendy Delorme l’ont fait avec leur roman L’évaporée édité aux Editions Cambourakis en août 2022.

 

La genèse de l’histoire

L’idée est partie de Fanny Chiarello. Dans la postface, elle décrit ce qui lui est arrivé après une rupture amoureuse : "Je n’écris plus, ça ne m’était jamais arrivé. J’ai besoin d’aide, je n’y arriverai pas seule cette fois. Ainsi, l’ermite que je suis se demande avec qui écrire et la réponse vient tout naturellement, spontanément, comme si elle attendait depuis trois ans d’être formulée. De retour chez moi, j’envoie un mail à Wendy." Wendy Delorme répond avec enthousiasme. La machine est lancée et les deux autrices se mettent à écrire l’une et l’autre.

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Pour ce projet, Fanny Chiarello voulait écrire sur sa propre histoire : une femme en quitte une autre sans un mot d’explication. Wendy Delorme propose alors d’écrire sur celle qui part et Fanny écrira sur celle qui est quittée. Pendant six mois, par échanges de courriels, elles construisent deux personnages qui se sont aimés, elles écrivent sur leurs vies, leurs passés et leurs futurs. Wendy Delorme explique le plan : "Après une rupture amoureuse, s’ensuivent deux narrations. Deux façons de vivre une même histoire, et de vivre sa fin."

L’évaporée et celle qui reste

L’évaporée s’appelle Ève et un matin, elle disparaît de la vie de Jenny. Différentes mais complémentaires, elles entretenaient une relation dans laquelle chacune se sentait importante. Ève, la Parisienne, acceptait de passer du temps à la campagne, dans la maison de Jenny et inversement, Jenny acceptait de quitter parfois son calme pour se rendre dans la capitale.

Quand Ève quitte Jenny, c’est l’incompréhension totale. D’autant plus que L’évaporée ne donne plus aucune nouvelle. Comment accepter cette rupture quand aucun élément tangible ne vient expliquer ce geste ? Quand la veille, l’une dit à l’autre "Quels merveilleux moments j’ai passés auprès de toi, aujourd’hui encore : je veux ça tous les jours de la vie". Toutes deux, chacune à leur tour, vont raconter ce qu’elles vivent à des centaines de kilomètres l’une de l’autre.

Jenny tente coûte que coûte de reprendre vie en se concentrant sur son potager. La terre, l’air pur, cela la calme et la fait de nouveau sentir vivante. Elle arrive aussi à reprendre ses promenades quotidiennes qui lui offrent l’occasion de nouer des liens avec ses voisines. Enfin, n’oubliant pas son métier d’écrivaine, elle écrit sur son histoire d’amour.

De son côté, Ève rentre chez elle et se remémore son passé et ses choix. Tout ce qu’elle a tu à Jenny, toute une période de sa vie qu’elle a laissée dans une boîte et qu’il est temps d’ouvrir.

Deux personnages, quatre mains

Ce livre à quatre mains est empreint d’une douceur qui doit son origine aux plumes singulières de Fanny Chiarello et de Wendy Delorme. Si séparément, elles ont des styles différents, ensemble elles s’accordent pour offrir une histoire de rupture et de renaissance avec angles de vue intéressants.

Il est courant de lire dans les romans l’une ou l’autre version. On a, au choix, le point de vue de la personne quittée ou celui de la personne qui quitte. Ici, les deux personnages sont racontés et l’histoire se délie devant nous. Les secrets sont révélés et notre imaginaire se construit sur ce que Jenny et Ève veulent bien nous livrer sur leur vie respective.

Après une rupture amoureuse, s’ensuivent deux narrations. Deux façons de vivre une même histoire, et de vivre sa fin

Ecrire sur l’amour... et sur l’écriture

Le thème de la rupture amoureuse est plus que récurrent dans la littérature. Celui de femmes qui s’aiment l’est malheureusement trop peu. Que ce soit écrit par deux autrices lesbiennes l’est encore plus. Sans jouer essentiellement sur ce tableau, elles ont mis en avant deux femmes dans lesquelles tout un chacun peut se reconnaitre. Si on a aimé, si on a quitté, si on a été quitté, il est facile de se retrouver dans ce texte car, au-delà de la rupture des deux femmes, se dessinent entre ces pages d’autres genres de pertes, tout aussi universelles.

À travers les deux personnages principaux se joue la question de la limite de la création littéraire. Sans en révéler l’intrigue, il y est question d’écriture et de consentement pour devenir un sujet de roman. Quoi écrire, comment écrire et sur qui écrire… ces questions sont celles de Jenny et d’Ève mais aussi de Fanny Chiarello et de Wendy Delorme qui évoque la création avec ces mots "j’ai compris que vraiment tout est possible en littérature, tant que ce n’est pas gratuit, tant qu’il y a du sens".

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

Chapitre après chapitre, une voix après l’autre, Jenny et Ève se dévoilent. Le passé hanté de l’une vient contrebalancer le présent plus lumineux de l’autre et chacune à leur tour, elles arrivent à avancer, à leur rythme, à se demander comment vivre l’une sans l’autre.

Si Fanny et Wendy ont inséré des éléments de leur histoire personnelle dans cette fiction, elles sont arrivées à mener d’un bout à l’autre un récit doux mais également légèrement âpre en y apposant leur originalité et réussissant à concilier leurs voix et leurs écritures. Les deux autrices n’ont pas simplement écrit un livre sur une rupture, elles ont écrit sur ce que l’amour donne et reprend.

L’évaporée, 184 pages, Cambourakis, 2022.

Pour aller plus loin dans les œuvres de chacune des deux autrices, prenez le temps de découvrir Viendra le temps du feu de Wendy Delorme aux éditions Cambourakis et La vie effaçant toutes choses de Fanny Chiarello aux éditions de l’Olivier.

*Fanny De Weeze est une lectrice passionnée qui tient un blog littéraire (Mes Pages Versicolores) depuis 2016 sur lequel elle chronique des romans, des essais et des bandes dessinées.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous