RTBFPasser au contenu

Matin Première

"L’Europe va détruire 55 millions de doses de vaccin, ce qui est plus que ce qu’elle n’en a donné à l’Afrique", alertent des ONG

L'invité dans l'actu

L'UE s'apprête à détruire 55 millions de doses de vaccins

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

16 févr. 2022 à 11:507 min
Par A. Lo. sur base d'une interview d'Aline Gonçalves

Notre invitée de l’actu ce mercredi matin sur Matin Première, c’est Aurore Guieu, la porte-parole d’Oxfam. Avec d’autres ONG, vous publiez un rapport sur les doses de vaccins en Europe et en Afrique, avec des chiffres interpellant. "Ce qu’on veut signaler cette semaine, c’est qu’à la fin du mois, l’Union européenne va détruire 55 millions de doses de vaccin, qui est plus que ce qu’elle n’en a donné à l’Afrique. Et pendant ce temps-là, en Afrique, entre autres, on a une situation qui est assez catastrophique avec la Covid avec 7000 décès par jour, et surtout un taux de vaccination qui est encore très faible. Seulement 11% de personnes sur le continent ont reçu leurs deux doses. Le problème d’approvisionnement des vaccins et d’inégalité face à l’accès vaccinal est quelque chose qu’on a beaucoup signalé ces derniers mois et ça reste d’actualité, malheureusement."

Certains pays d’Afrique ont dû aussi détruire des doses, mais "il faut noter que ce n’est pas seulement une question de manque de personnes à se faire vacciner. Il y a aussi des pays qui ont dû détruire des doses parce que les dons qui leur avaient été faits étaient trop proches de la date de péremption pour pouvoir vraiment utiliser le vaccin au bon moment. L’OMS a toujours souligné que le problème principal était l’approvisionnement."

Et de souligner l’opposition entre les positions européennes et africaines concernant les brevets des vaccins. "L’Union africaine a adopté une motion qui demande vraiment la dérogation de la propriété intellectuelle sur les brevets des vaccins, qui est une mesure qui est soutenue par la société civile tant européenne qu’africaine. Et d’ailleurs, il y a de très nombreux Belges, plus de 30.000 Belges, qui ont signé une pétition européenne à ce sujet. Et de l’autre côté, on a malheureusement l’Union européenne qui reste l’acteur qui bloque cette dérogation auprès de l’OMC et qui fait un choix politique qui est celui de prioriser les profits pharmaceutiques. Et ça arrive à des situations telles que cette destruction massive de doses dont on vient de parler."

Sur le même sujet

17 févr. 2022 à 18:29
3 min
17 févr. 2022 à 05:25
3 min

Articles recommandés pour vous