RTBFPasser au contenu

Journal du classique

"Les voix du passé" : une étude anglaise a réussi à reproduire la voix d'une momie de trois millénaires

"Les voix du passé" : une étude anglaise a réussi à reproduire la voix d'une momie de trois millénaires

Une étude révolutionnaire de la Royal Holloway University de Londres a réussi à reconstituer la voix d’un prêtre égyptien, momifié il y a plus de 3000 ans.

Faire parler les défunts

Plus précisément, l’étude porte sur la reconstitution des cordes vocales de la momie : grâce aux avancées technologiques, les chercheurs ont réussi à reconstituer artificiellement la voix de Nesyamun, un prêtre qui a vécu sous le règne du pharaon Ramsès XI, au début du XIe siècle avant notre ère. De par sa fonction de prêtre, la voix de Nesyamun était très importante dans ses fonctions rituelles.

Semblable aux prêtres modernes, la voix de Nesyamun était une partie cruciale de ses fonctions rituelles, le chant occupant une grande partie de son temps.

Cette prouesse technique et technologique a été rendue possible grâce aux progrès réalisés dans le domaine de la tomodensitométrie, une technique d’imagerie médicale qui permet de mesurer l’absorption des rayons X par des tissus, afin de reconstituer une image 2D ou 3D des structures anatomiques.

En utilisant les images numériques des cordes vocales, les chercheurs ont réussi à faire "parler" la momie.

Bien entendu, il n’est pas question d’entendre un quelconque message de la momie, mais bien entendu le son de sa voix telle que ses contemporains pouvaient l’entendre de son vivant.

Scientists recreate sound an ancient mummy's vocal tract would have made – audio

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le projet "Les voix du passé"

Depuis que la voix de Nesyamun a été recréée numériquement, le projet "Voices from the Past" a été mis en place et cela pourrait permettre aux scientifiques d’enquêter sur d’autres personnalités.

A l’avenir, Joann Fletcher, professeur d’archéologie à l’Université de York et co-auteur de l’étude, et les scientifiques espèrent poursuivre leurs recherches et "générer des mots et les enchaîner pour former des phrases".

Articles recommandés pour vous