Regions Liège

Les travailleurs de la société herstalienne Patria espèrent décrocher des contrats pour le futur avion F-35

Le moteur des avions F-16, spécialité de la firme herstalienne, désormais filiale d’un groupe finlandais

© © Tous droits réservés

La ministre de la défense, Ludivine Dedonder poursuit son tour des entreprises du secteur de l’armement. Après JohnCockerill, après la Fabrique Nationale, après SafranAeroBooster, elle s’est rendue ce mardi au siège de la société Patria. Ce nom n’est pas très connu : c’est en fait l’ex-usine lancée conjointement par la région wallonne et le groupe américain Pratt&Whitney, pour l’entretien et la réparation des moteurs des avions de chasse F16. Elle est devenue, voici trois ans, filiale d’une multinationale finlandaise.

Comme d’autres, elle espère que son savoir-faire, et ses diverses certifications militaires d’excellence vont lui permettre de s’occuper du F35 dont plusieurs armées occidentales vont s’équiper. Mais, comme l’explique Simone Lombardo, délégué FGTB, "ça reste compliqué de décrocher des contrats, parce que le travail a déjà été largement partagé entre plusieurs pays ; mais nous savons que certains, qui auraient dû réaliser certaines tâches, rencontrent des problèmes, et donc nous avons besoin d’un appui du gouvernement belge : si on nous ouvre la porte, nous l’avons toujours dit dans les ateliers, si on nous donne du travail, on le fera, et on le fera bien".

Dans cette optique, la visite ministérielle a été appréciée par les 120 et quelque travailleurs de Patria, même si elle ne s’accompagne pas d’une promesse formelle.

 

Articles recommandés pour vous