Regions

Les toutes premières photos de famille des nouveaux louveteaux wallons des Hautes Fagnes

Ils sont cinq au minimum. Des caméras piège ont permis dès le mois de juillet de confirmer la naissance de nouveaux louveteaux dans la meute wallonne. Les clichés capturés par un photographe conventionné du service public de Wallonie permettent désormais d’en voir trois de bien plus près et de constater que tout le monde semble en très bonne santé !

Trois louveteaux allongés dans l’herbe et même en train de se chamailler. Une partie donc seulement sur les 5 estimés pris sur le fait, qui profitent de l’herbe fraîche d’un coupe-feu situé en plein dans la Zone de Présence Permanente (ZPP) du loup dans la réserve naturelle des Hautes Fagnes. Des photos prises dans le cadre de la surveillance gibier réalisée par le SPW le 25 août dernier.

Le dispositif de suivi par caméras a déjà permis d’en repérer plusieurs durant du mois de juillet dernier et d’estimer leur nombre à minimum cinq individus. Ces louveteaux sont donc la seconde portée de Maxima et Akela, premier loup installé en Wallonie en 2018. Avec les jeunes de 2021, le départ en dispersion d’un des jeunes mâles cette année, la taille de la meute wallonne atteindrait 9 individus même si discrétion ou mortalités peuvent venir modifier cette estimation. Avec un autre mâle installé non loin de là à Butchenbach, cela porterait le total à 10 loups installés en Wallonie. Ces images confirment toutefois que le nombre de loups continue de croître en Belgique après minimum 6 naissances dans la meute installée dans le Limbourg en Flandre.

Autre élément à noter, aucune attaque mortelle n’a été constatée à ce stade cet été. La naissance des louveteaux en 2021 avait coïncidé avec une vague de prédation sur moutons principalement à Jalhay. Les gueules supplémentaires à nourrir justifiaient ce phénomène qui ne se confirme pas cette année. Les Zones de Présence Permanente du loup définies par Wallonie permettent aux éleveurs concernés de profiter de subsides et d’aides pour endiguer les attaques. Ces mesures, combinées sans doute à un peu de chance et éventuellement une évolution du comportement alimentaire des parents, ont permis d’éviter la prédation sur les troupeaux domestiques. Les proies sauvages constituent donc un repas de choix pour les loups wallons actuellement.

Sur le même sujet :

Sur le même sujet

Après le loup, le chacal doré pourrait aussi faire son apparition en Belgique

Regions

Cinq nouveaux louveteaux sont nés dans les Hautes Fagnes

Belgique

Articles recommandés pour vous