RTBFPasser au contenu
Rechercher

Régions Brabant wallon

Les stars de l’e-sport à Walibi pour quatre jours

Parmi les invités, le champion d’Europe de Fortnite, Andilex, 17 ans.

Le Tiki-Teater, qui accueille la partie "live" de l’événement, est encore loin d’être comble en cette matinée du premier jour du "Walibi Gaming". Mais les responsables du parc d’attractions nous assurent qu’il y a trois ans, la première édition, ramassée sur deux soirées, avait été un véritable succès. "Le gaming a un public qui correspond très bien à un de nos publics cible, les jeunes et les jeunes adultes. Et nous souhaitons accueillir des événements qui permettent de diversifier notre offre, au même titre qu’Halloween", note la porte-parole de Walibi, Justien Dewil.

Des centaines de milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux

Le parc a d’ailleurs misé gros en invitant des joueurs et streamers suivis en ligne par des centaines de milliers de fans. Premier à entrer en scène : Skyyart. Le streamer français s’est créé en 12 ans une communauté de cinq millions d’abonnés sur YouTube, 750.000 sur la plateforme de jeu Twitch. Skyyart joue en ligne live, commente ses parties, publie des vidéos dans lesquelles il donne des conseils, teste de nouveaux jeux… "On essaie de trouver des idées un peu novatrices, différentes. Notre chance, c’est que des gens se reconnaissent en nous, dans notre approche, notre vision du jeu", témoigne ce professionnel du gaming. Skyyart assure le show, tandis que s’affrontent des joueurs professionnels parfois très jeunes, comme Andilex, 18 ans, champion d’Europe du jeu Fortnite et déjà professionnel. Quelques chanceux du public ont même la chance de se confronter directement à leurs idoles sur la scène.

Il faut parfois être concentré pendant des heures sur une chaise et réagir dans le millième de seconde

"Ils jouent bien, stratégiquement, ils ont une bonne mécanique", commente le jeune Yassine, tout impatient de voir jouer ses gamers préférés. "C’est un peu comme des sportifs : ils commencent tôt le matin, ils s’entraînent et puis commencent le vrai game", poursuit-il, admiratif. Ce que confirme un des autres invités, Nikof, ancien joueur professionnel qui s’est reconverti dans le streaming. "Ça ne demande évidemment pas le même investissement physique qu’un sportif, mais ça nous demande énormément de mental. Il faut parfois être concentré pendant des heures sur une chaise et réagir dans le millième de seconde. C’est extrêmement dur", raconte le gamer.

L’événement vise à fidéliser une partie de la clientèle du parc
L’événement vise à fidéliser une partie de la clientèle du parc S. Vandreck

Un vrai métier pendant quelques années

Ce qui rapproche aussi ces gamers professionnels des sportifs de haut niveau, c’est évidemment qu’ils vivent de leur discipline. Howard, alias Noward, est un jeune waterlotois de 26 ans. Il a interrompu ses études pour devenir joueur professionnel du jeu Fortnite. "Tout le monde a accès aux tournois, même au niveau européen ou mondial. Si vous êtes meilleur que les autres, vous vous faites repérer par une équipe, vous faire recruter et commencer votre carrière, explique-t-il. J’ai arrêté au bout de deux ans et demi. Il y a plusieurs formes de rémunérations sur Fortnite. Il y a notamment les cash prices sur les tournois, qui sont assez conséquents et qui peuvent permettre d’en faire son métier". Aujourd’hui, il travaille toujours dans l’univers de l’e-sport, mais côté événementiel : il s’occupe principalement du casting d’événements comme celui de Walibi ou de commenter des compétitions. Mais ne compte pas faire toute sa carrière dans ce domaine : "Beaucoup se reconvertissent comme coach, casteur… C’est un petit monde, l’e-sport, où tout le monde se connaît. Mais de mon côté, je me réoriente vers quelque chose de complètement différent", confie-t-il.
 

Articles recommandés pour vous