RTBFPasser au contenu

Les Sentinelles

Les Sentinelles : l'origine de la hiérarchie des sexes

 Les Sentinelles : l'origine de la hiérarchie des sexes
02 oct. 2018 à 08:34 - mise à jour 02 oct. 2018 à 08:341 min
Par Aller&Retour Bxl

"J'ai une fâcheuse tendance à aller voir ce que je ne connais pas"!

Aventureuse et très intéressée par l'organisation de la société, elle s'envole pour le continent africain et étudie les Dogons, les Bobo et principalement les Samo au nord du Burkina Faso. C'est dans cette Afrique de l'ouest qu'elle élabore la théorie des butoirs de la pensée : la procréation, la maladie, la mort ...  Elle considère le corps comme le premier objet de réflexion puisqu'il est soumis à ces  "butoirs" de la pensée. Grâce à cette conception, l'anthropologie devient universelle: tous les humains ont un corps, toutes les cultures ont les mêmes butoirs, toutes doivent expliquer les mêmes éléments.

Mais la grande découverte de Françoise Héritier est l'origine de la hiérarchie des sexes.

 

L'enjeu : le contrôle de la reproduction

Françoise Héritier et " le concept de valence différentielle des sexes"

Il y a la différence des sexes, une différence biologique puis il y a la hiérarchie des sexes. Pourquoi cette construction ? Quelle est l'origine de cette domination masculine ?

Le féminin sous le masculin ou  la nécessité pour le genre masculin de s'approprier le corps des femmes afin de prendre le contrôle de la reproduction.

 

La valence différentielle des sexes est la différence des sexes métamorphosée en hiérarchie.

La valence, terme bien connu des chimistes, est le nombre de liaison qu'un élément chimique peut former. Les molécules s'accrochent ou pas les unes aux autres pour former un élément complexe.

En sciences sociales, elle est la qualité agréable ou désagréable d'une situation. Puisqu'elle hiérarchise, cette valence différentielle des sexes, loin d'être anodine, est un frein socio- culturel qui cloisonne les sexes. La femme qui adopterait certains codes traditionnels de la masculinité  , "un garçon manqué", peut gagner en valeur mais l'homme qui n'endosse pas toute la masculinité est déprécié. Il se doit d'être un homme, un "vrai" !

 

 

Françoise Héritier, anthropologue connue et reconnue

Intellectuelle de renom et femme engagée, elle a été représentante de la France au Conseil scientifique des Nations-Unies, présidente du Conseil national du sida ou encore vice-présidente de la Fondation Médéric-Alzheimer. Elle est intervenue dans les médias sur de nombreuses questions sociétales telles le mariage pour tous, l'homoparentalité ou, dans le cadre de l'affaire Weinstein,  le harcèlement sexuel.

Elle est l'auteure de nombreux ouvrages de référence.

Son palmarès est impressionnant : commandeur de la Légion d'Honneur, commandeur des Arts et Lettres ou docteur Honoris Causa de nombreuses universités dont l'Université libre de Bruxelles.

 

 

Théoricienne de la domination masculine

Pour aller plus loin dans la réflexion : Revoir "Les Sentinelles" avec la philosophe Olivia Gazalé qui a suivi les pistes de Françoise Héritier.

"Ne mélangeons pas la différence et la hiérarchie des sexes" nous dit Olivia Gazalé. Si la différence des sexes due à la biologie, à la culture, à l'environnement est insoluble, la hiérarchie des sexes est une construction de l'homme et une question politique.

Avez-vous manqué cette émission où le "virilisme" et ses dérives étaient au centre de l'entretien, n'hésitez pas à la voir ( ou revoir) sur Auvio.

 

 

Pascale Pacqué

 

Articles recommandés pour vous