Politique

Les salons de tatouage sont-ils assez contrôlés ? 80% d’entre eux ne respecteraient pas les réglementations

Midsection Of Man Tattooing On Hand
01 août 2022 à 10:14Temps de lecture2 min
Par Jean-François Noulet, avec Belga

Selon des chiffres communiqués par le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke (Vooruit), en réponse à une question parlementaire, au moins 80% des salons de tatouage inspectés par les autorités ne respectent pas toutes la réglementation.

C’est la députée fédérale CD&V Els Van Hoof qui a interrogé le ministre de la Santé pour connaître les résultats des contrôles effectués par le SPF Santé dans les salons de tatouage au cours de la période 2019-2021.

Il en ressort qu’en 2019, 39 des 48 magasins de tatouage contrôlés n’étaient pas en ordre. En 2020, ce sont 60 des 74 établissements contrôlés qui n’étaient pas en règle. En 2021, seuls six salons de tatouage ont été contrôlés en raison de la crise corona, mais quatre d’entre eux ont été pris en défaut.

"Le fait que tant d’infractions soient identifiées est inquiétant. Et ce n’est peut-être que la pointe de l’iceberg", a déclaré la députée Els Van Hoof pour qui le nombre élevé de violations n’est pas sans risque. "Placer des tatouages ​​avec soin peut avoir de graves conséquences. Par exemple, cela peut entraîner des réactions allergiques, des infections ou d’autres complications médicales graves", estime la députée.

Environ 450 tatoueurs actifs en Belgique ne sont pas agréés, selon le ministre de la Santé

L’infraction la plus fréquente est le fait que le tatoueur ne soit pas agréé par le SPF Santé publique. Cela concerne 23% des infractions constatées. Selon le ministre, un total de 1995 tatoueurs ont été enregistrés. Sur la base du nombre d’infractions constatées lors des contrôles, le ministre estime qu’il existe environ 450 tatoueurs non enregistrés actifs en Belgique.

En principe, toute personne non inscrite auprès du SPF Santé n’est pas autorisée à exercer la profession. "Un tatoueur ne peut s’inscrire que s’il réussit un examen après 20 heures de formation sur la stérilité, les règles d’hygiène, les premiers secours et les risques d’infection et d’hémorragie", note la députée Van Hoof.

Des infractions aux règles d’hygiène

Une infraction sur dix (11%) constatée lors des inspections, concerne le non-respect des règles de stérilité et d’hygiène. Cela concerne par exemple le dépassement de la date limite d’utilisation des aiguilles et encres stériles.

Une infraction sur cinq (19%) concerne le manque d’information visible sur les risques pour la santé sur les lieux de travail.

Cela conduit la députée CD&V Van Hoof à insister pour qu’il y ait plus de contrôles. "Ces dernières années, nous avons observé une nette tendance à la baisse des contrôles : de 119 contrôles en 2015 à 74 contrôles en 2019 et 48 contrôles en 2020.", relève Els Van Hoof. Il faut toutefois noter que les salons de tatouage ont été longtemps fermés entre novembre 2020 et mars 2021, en raison de l’épidémie de Covid-19.

Sur le même sujet

Une technique indolore et rapide pour avoir un tatouage à l'aide d'un patch

Beauté

Balance ton Tatoueur : le compte Instagram qui veut briser l’omerta

L'Internet Show

Articles recommandés pour vous