RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les rétablissements de contrôles aux frontières auront-ils la peau de Schengen?

Migrants et réfugiés continuent d'affluer sur les routes pour tenter de rejoindre l'Union européenne. Ici, juste après la frontière entre la Macédoine et la Serbie
07 janv. 2016 à 14:22 - mise à jour 07 janv. 2016 à 14:22Temps de lecture3 min
Par RTBF.be

La Suède a procédé lundi au rétablissement de contrôles systématiques à sa frontière avec le Danemark. Une décision qui n'est pas sans conséquence sur ses pays voisins, le Danemark bien sûr, mais aussi l'Allemagne. Depuis la mise en place de ces contrôles d'identité, une petite cinquantaine de réfugiés seulement ont été contrôlés par la police suédoise. Ils étaient quatre fois plus nombreux les jours précédents. L'objectif est donc atteint pour la Suède. Pour éviter de déplacer le problème au Danemark, Copenhague a immédiatement décidé d'instaurer à son tour des contrôles à sa frontière avec l'Allemagne.

Mais ces pays, pourtant tous membres de l'espace Schengen, ne sont pas les seuls à avoir rétabli des contrôles à leurs frontières. En septembre 2015, l'Allemagne, alors débordée par l'arrivée de centaines de milliers de migrants, avait décidé de rétablir les contrôles à sa frontière avec l'Autriche et la République Tchèque. Puis ce fut au tour de l'Autriche et de la Slovaquie. 

Réintroduction provisoire des contrôles

Les traités prévoient qu'un état, membre de Schengen, peut réintroduire provisoirement des contrôles à ses frontières internes pour faire face à des situations exceptionnelles. C'est le cas pour la Suède qui a accueilli plus de 160.000 réfugiés en 2015. Ses capacités d'accueil sont saturées. Le pays va devoir construire plus de 1000 classes supplémentaires pour scolariser les enfants de ces nouveaux arrivants. Bref, pour la Commission européenne, les mesures prises par la Suède et le Danemark sont a priori justifiées.

Il n'en reste pas moins que ces mesures sont de nature à écorcher encore un peu plus l'espace de libre-circulation Schengen, qui, tout le monde en convient, est en danger. Les pays qui rétablissent ces contrôles en conviennent également mais estiment ne pas avoir d'autre choix. 

Échec des solutions européennes

Et c'est vrai que depuis plusieurs mois, l'Europe cherche à endiguer le flux de réfugiés. En renforçant les contrôles en Mer Égée, en mettant en place des hotspots, des centres de rétention installés en Grèce et en Italie, censés faire le tri entre réfugiés et migrants économiques. L'Union européenne a aussi négocié un accord avec la Turquie pour qu'Ankara garde sur son sol les réfugiés syriens, en échange d'un chèque de trois milliards d'euros. Les Européens ont encore mis en place un programme de relocalisation des réfugiés arrivés en Italie, en Grèce ou en Suède. Certaines de ces mesures sont encore en cours de négociation, c'est le cas de l'accord avec les Turcs. Mais globalement, la plupart de ces solutions sont des échecs. Un exemple : le plan de relocalisation qui devait répartir 160.000 réfugiés est à ce jour un échec. Seuls 272 réfugiés en ont bénéficié.

Un mini Schengen à quelques-uns?

Alors faut-il réformer Schengen ? C'est en tout cas dans l'air. Les 28 se sont déjà mis d'accord pour établir des contrôles de citoyens européens qui rentrent dans l'espace Schengen. Mais personne n'a encore dit sur base de quel critère ces contrôles allaient être opérés.
Autre idée sur la table : rallonger la période qui permet de rétablir des contrôles temporaires aux frontières.

Aujourd'hui, les Etats membres peuvent remettre des contrôles mais pas plus de six mois. On parle de rallonger ce délai à deux ans. Et puis, si malgré tout cette crise finissait par venir à bout de l'espace Schengen, les Pays-Bas, qui assurent la présidence tournante du conseil, ont déjà dit qu'ils avaient un projet de mini Schengen dans leur carton. Une zone de libre-circulation qui comprendrait l'Allemagne, la Suède, l'Autriche, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Belgique.

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Sur le même sujet