RTBFPasser au contenu

Cinéma

Les références aux films et séries des années 80 au cœur du cinéma en 2022

Rome, Italie, le 26 NOVEMBRE 2020 : L’acteur Tom Cruise et l’actrice Hayley Atwell, pendant le tournage du film Mission Impossible 7.
03 janv. 2022 à 09:322 min
Par AFP

De "Top Gun" à la première trilogie Star Wars en passant par "Dragon Ball Z", les références aux films et séries des années 80 tapissent les très nombreuses sorties en salles et sur les plateformes prévues en 2022.

"Cette décennie est devenue une référence esthétique et narrative", explique Ariane Hudelet, professeure de l’Université de Paris spécialisée dans les séries américaines.

On constate "une fétichisation" de l’imagerie des années 80, poursuit-elle : recherche d’un certain grain de son ou d’images, utilisation d’objets typiques comme les cassettes.

Pourquoi un tel engouement ?

"Même si le résultat n’a pas grand-chose à voir avec l’original, une reprise sortira du lot parce qu’elle suscite automatiquement la curiosité", souligne Alain Carrazé journaliste auteur de "Series' anatomy : le 8e art décrypté" (Fantask, 2017).

"Dans un paysage où les sorties sont toujours plus nombreuses, utiliser un titre connu permet de se singulariser".

"Stranger Things", une série nostalgique ?

"Stranger things a mis les années 80 en haut de l’affiche", observe Ariane Hudelet. "En reprenant les icônes des romans de Stephen King à E.T., la série incarne un mélange de pastiche et de fétichisation nostalgique de la décennie".

La quatrième saison de la série, qui raconte les aventures d’un groupe d’amis et d’une jeune fille aux capacités psychiques paranormales, sortira sur Netflix à l’été 2022.

Pour Richard Mèmeteau, philosophe, "Stranger Things" n’est d’ailleurs pas qu’une reprise, "c’est une réinterprétation complète de l’enfance dans les années 80 à l’aune de nos attentes contemporaines. Les personnages féminins ont des places plus importantes, les monstres sont plus nuancés".

"Chaque génération de spectateur attache à une œuvre une mémoire propre", observe le philosophe, auteur de "Pop culture : Réflexions sur les industries du rêve et de l’invention des identités" (La Découverte, 2014).

Toute reprise moderne est dès lors "l’occasion de se replonger dans ces mémoires passées".

La décennie des films de genres

Avec deux nouvelles séries Star Wars, l’adaptation de la saga médiéval-fantastique "Willow" (1988) ou la sortie d’un film "Dragon Ball Z", 2022 confirme les années 80 comme "la décennie associée à l’essor de la science-fiction et de l’horreur", note Arianne Hudelet.

"Obi Wan Kenobi" et "Andor", les deux séries Star Wars, se situent en amont de l’épisode fondateur de la saga en 1977.

"Les gens qui regardent des séries à notre époque sont d’abord ceux nés dans les années 80", analyse Alain Carrazé.

Ces deux séries s’articulent donc naturellement "pour l’instant autour de la première trilogie", que ces spectateurs ont connu enfants. A l’image de "Dragon Ball Z", série de manga animé qui connaît une nouvelle adaptation en film en 2022.

Retour d’une star

Tom Cruise sera à l’affiche en mai 2022 de "Mission Impossible 7" et de "Top Gun : Maverick", suite des exploits de l’as des as de l’Air Force en 1986.

Mission Impossible 7: Last Hunt - Trailer

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Avec "Mission Impossible", l’acteur américain "se sert d’un titre ancien (issu d’une série des années 1960-1970, ndlr.), pour définir un format qui fonctionne suffisamment bien auprès du public pour en faire plusieurs films", souligne Alain Carrazé.

Quant à "Top Gun", un Maverick (Tom Cruise) presque sexagénaire, surpris dans la bande-annonce d’être "réinvité" dans l’armée, se voit répondre par un officier supérieur qu’il n’a pas le choix de revenir car il s’agit d'"un ordre"… Aux spectateurs de décider s’il est celui de trop.

Sur le même sujet

05 mai 2022 à 06:30
3 min
12 janv. 2022 à 10:19
1 min

Articles recommandés pour vous