RTBFPasser au contenu
Rechercher

Red Flames

Les Red Flames à la veille de l’Islande : "On a les qualités pour passer au deuxième tour"

09 juil. 2022 à 18:41Temps de lecture3 min
Par Erik Libois (à Manchester)

À la veille de leur premier (et grand) examen dans cet Euro face à l’Islande, les Red Flames ont tenu leur dernière conférence de presse. Comme de coutume, le coach Ives Serneels et la capitaine Tessa Wullaert sont passés sur le gril. Confiance et optimisme sont les maîtres mots avant ce test… qui pourrait déjà tout orienter.

"C’est vrai que l’Islande est un concurrent direct (NDLA : pour la 2e place qualificative derrière la France, grande favorite), mais chaque match est important " commence Tessa Wullaert. " En fait, c’est toujours important de bien commencer dans un tournoi pour avoir le bon flow pour la suite : on a appris de notre défaite dans le premier match à l’Euro 2017 (NDLA : face au Danemark). On s’est bien préparées, on a eu 6 à 7 semaines de travail ensemble et de bons matches amicaux : on vise les 3 points contre l’Islande, on a les qualités pour…"

Dans la bouche du coach, le discours n’est pas différent.

"On a beaucoup travaillé ces dernières semaines et il est temps que ce tournoi débute " avance Ives Serneels. " L’équipe est prête tactiquement, physiquement et mentalement : avant le match, je dirai aux filles de s’amuser et d’appliquer les points qu’on a préparés. Je leur dirai aussi d’autres choses… mais ça, je le garde pour moi (clin d’œil). L’Islande est une équipe affûtée et expérimentée, mais on a aussi des qualités. Le match se jouera sur des détails comme les phases arrêtées et l’agressivité dans les duels mais je souhaite aussi qu’on développe notre football. Je suis confiant : si on joue à notre niveau, on peut gagner… et c’est notre première option. Mais évidemment, on ne sait jamais à l’avance comme un match peut tourner…"

Tessa Wullaert et Ives Serneels
Tessa Wullaert et Ives Serneels BELGA

"C’est le moment de nous montrer à toute la Belgique"

Tessa Wullaert est l’une des rescapées du premier Euro des Flames, il y a 5 ans aux Pays-Bas. Son capital expérience sera crucial.

"Par rapport à 2017, l’équipe a grandi, sur et en-dehors du terrain : on a plus de qualités qu’à l’époque… même si on a moins d’expérience. On vise le 2e tour, c’est clairement l’ambition… mais dire qu’on serait déçues si on ne l’atteint pas serait un grand mot : on verra ce que nous fournissons comme contenu à chaque match. Dans un tournoi pareil, il y a toujours de la pression : le rôle des anciennes est de donner de la confiance aux plus jeunes, et cette confiance permet aux qualités de sortir et de s’exprimer."

Depuis l’Euro 2017, qu’il a aussi vécu comme coach (il dirige les Flames depuis 2011), Ives Serneels constate aussi le chemin parcouru. Cet Euro marquera aussi un test grandeur nature pour son équipe… et pour lui-même.

"Toute l’équipe, et moi avec, a évolué depuis 5 ans : on a une expérience qu’il faut maintenant transmettre aux plus jeunes. Je ne sens pas de pression particulière au sein du groupe et je sais que tout le monde va donner le maximum. C’est aussi le moment où jamais de montrer à la Belgique le niveau que nous avons atteint, car on veut aussi motiver les jeunes filles de demain et d’après-demain. Je vis avec ces filles et je profite chaque jour de leur désir d’apprendre et de progresser : elles se concentrent, elles posent des questions, elles veulent grandir en permanence. J’ai vraiment le plus profond respect pour toutes ces jeunes femmes."

Ives Serneels
Ives Serneels BELGA

"Mon chien Jean-Marie reste en Belgique !"

Fraîchement passée d’Anderlecht à Sittard, Tessa Wullaert évolue à Manchester en terre de connaissance. Elle a porté deux saisons durant le maillot de Manchester City.

"C’est chouette de revenir ici : je vais sûrement croiser des anciens supporters au match. On a beaucoup parlé du fait qu’on ne joue pas dans le grand stade de City, mais moi, je ne trouve pas ça si mal : on sera dans un petit cocon, avec de l’ambiance et une pelouse que je connais et qui est impeccable. Demain, je verrai aussi ma mère et mon compagnon, qui viennent voir le match. Mais pas Jean-Marie : mon chien reste en Belgique !" (Elle éclate de rire)

Articles recommandés pour vous