RTBFPasser au contenu

Les réactions à la mort de Jacques Chirac, en France et ailleurs

Décès de Jacques Chirac: l émotion des Français

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

26 sept. 2019 à 10:38 - mise à jour 26 sept. 2019 à 13:234 min
Par P.V.

De nombreuses personnalités ont salué la mémoire de l’ancien président français Jacques Chirac, décédé ce jeudi à l’âge de 86 ans. Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) a déclaré sur Twitter que l’ancien président, "un inlassable républicain, visionnaire" faisait "désormais partie de l’Histoire de France", rappelant son message de "ne jamais composer avec l’extrémisme ou le racisme." L’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve (PS) a lui affirmé qu’il était un président "que les Français aimaient et qui va nous manquer", faisant référence à la popularité de Jacques Chirac, malgré les affaires politiques qui le visaient. Le président du Modem François Bayrou a lui évoqué son "attachement à l'unité des Français et aux valeurs républicaines".


►►► À lire aussi : "Abracadabrantesque", "mangeur de pommes"… Jacques Chirac en 10 phrases cultes (vidéos)


La présidente du RN Marine Le Pen a également réagi. "Il aura été un grand amoureux de l’Outre-mer et le Président capable de s’opposer à la folie de la guerre en Irak, renouant avec la traditionnelle position d’équilibre et de diplomatie de la France", a tweeté la députée. "La famille gaulliste perd un de ses inspirateurs", a déclaré Christian Jacob, le chef de file des députés Les Républicains. L’ancienne ministre LR Valérie Pécresse s’est elle contentée d’un sobre "merci" assorti d’une photo de l’ancien président, dont elle fut la conseillère.

Loading...

Pour Alain Juppé, Premier ministre sous Chirac entre 1995 et 1997, "c'est une immense tristesse qui m'étreint. Pendant plus de quarante ans, j'ai vécu avec Jacques Chirac une relation exceptionnelle de fidélité, de confiance, d'amitié réciproques qui n'était pas seulement politique mais d'abord personnelle", a ajouté l'ancien maire de Bordeaux. Un autre de ses Premiers ministres, Jean-Pierre Raffarin (2002-2004), a souligné "l'obsession de la cohésion sociale" qu'avait Jacques Chirac.

Nicolas Sarkozy s'est montré encore plus ému : "c'est une part de ma vie qui disparaît aujourd'hui", a déclaré l'ancien président à propos de son prédécesseur, en saluant "sa stature imposante et sa voix si particulière".

A gauche, le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a affirmé que Jacques Chirac "aimait la France mieux que d'autres depuis." La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a de son côté déclaré qu'il "sera à jamais notre Maire, aimant passionnément sa ville et ses habitants", annonçant que les drapeaux de la ville seront mis en berne en mémoire de celui qui avait été à la tête de la ville entre 1977 et 1995.

Emmanuel Macron a annoncé qu'il annulait son déplacement dans le sud de la France, et qu'il s'exprimera à 20h ce jeudi dans une allocution télévisée.

En Europe

En Belgique, le ministre-président wallon Eli Di Rupo (PS) a été "un européen convaincu", qui a "su bâtir les ponts nécessaires pour une société pluraliste." Pour Olivier Chastel (MR), il était "une figure politique importante qui aura marqué l’histoire politique française et européenne."

Le président sortant de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'est dit "bouleversé et dévasté".

Par ailleurs, deux anciens ministres belges qui ont connu l'ancien président français Jacques Chirac lorsqu'il était au pouvoir, Louis Michel et André Flahaut, ont salué jeudi sa mémoire en se remémorant leur opposition commune à l'invasion de l'Irak de Saddam Hussein en 2003.

M. Michel (MR), qui s'est dit très "très ému" à l'annonce du décès de l'ancien chef de l'Etat français, a affirmé à l'agence Belga qu'il avait toujours été frappé par sa "grande humanité" et sa "très grande culture", en évoquant ses connaissances en matière d'arts primaires et asiatiques.

"Nous avons été très proches au moment de la guerre en Irak" voulue par le président américain George Bush (père), une intervention sans mandat du Conseil de sécurité de l'ONU à laquelle l'Allemagne, la France et la Belgique s'étaient fermement opposées, au prix d'une grave crise dans leurs relations avec Washington.

"L'Histoire nous a donné raison", a ajouté l'ancien président du MR, ministre des Affaires étrangères (1999-2004) puis commissaire européen et eurodéputé, en faisant allusion à l'absence - avérée par la suite - d'armes de destruction massive en Irak, contrairement à ce prétendait l'administration Bush.

Ecoutez la réaction de Louis Michel à l'annonce de la mort de Jacques Chirac : 

 

Charles Michel, fils de Louis Michel, a également eu l'occasion de rencontrer l'ancien Président français à plusieurs reprises et notamment, lors de journées européennes de la coopération au développement. "J'ai le souvenir d'un homme extrêmement chaleureux, intelligent et enthousiaste. Tout en étant amateur de bons mots, il avait une réelle préoccupation concernant le développement du continent africain et les questions environnementales", se souvient Charles Michel.

"La France et l'Europe perdent une figure majeure qui aura marqué l'histoire politique de ces dernières décennies. Je retiens de Jacques Chirac le courage d'avoir reconnu la responsabilité de l'État français dans la déportation des Juifs au cours de l'occupation de la France par l'Allemagne nazie. Sa défense du 'oui' dans le référendum de 2005 sur la Constitution européenne témoigne aussi d'un engagement prononce en faveur d'une Europe plus solide" déclare le Premier ministre sortant.

Didier Reynders a lui aussi voulu saluer "une personnage très vivant, chaleureux et très populaire"

Interview de Didier Reynders

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"J'ai une pensée pour ce président qui a osé s'opposer, au nom de la France, à l'intervention en Irak", a pour sa part déclaré l'ex-ministre de la Défense de 1999 à 2008, André Flahaut (PS).

André Flahaut

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Bien des kilomètres plus loin, en dehors de l'Europe, Le président russe Vladimir Poutine a salué "un dirigeant sage et visionnaire", tandis qu'Angela Merkel évoque "un formidable partenaire et ami". Pour le Premier ministre britannique Boris Johnson, Jacques Chirac a "façonné le destin" de la France. Il a exprimé, en français dans le texte, "toutes ses condoléances au peuple français."

Réactions de quelgues fingures politiques francais (dans les couloirs de l'assemblée nationnale)

Décès de Jacques Chirac: réactions de politiques francais (dans les couloirs de l'assemblée nationnale)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous