Belgique

Les provinces wallonnes tirent la sonnette d'alarme et interpellent le gouvernement Di Rupo

Les provinces wallonnes tirent la sonnette d'alarme et interpellent le gouvernement Di Rupo
07 oct. 2020 à 14:45Temps de lecture1 min
Par Marc Sirlereau

Les Provinces sont à nouveau inquiètes pour l'avenir et leur avenir. Depuis l'accord du gouvernement wallon de l'an passé, elles doivent soulager les finances communales en prenant à leur charge une partie du financement des zones de secours. 20% pour cette année, 30% pour 2021 pour arriver à 60% en 2024. "Un pourcentage, explique Serge Hustache, député provincial du Hainaut et président de l'Association des Provinces wallonnes, qui sera inatteignable pour les provinces".

La Province de Namur a déjà annoncé des suppressions d'emploi

Vu les efforts demandés, la Province de Namur a déjà décidé de supprimer 200 emplois à l'avenir. Et du côté de la Province de Hainaut, on reconnaît que des choix seront à faire.

Pour 2021, pour les cinq provinces wallonnes, l'effort équivaut à 70 millions. Pour la seule Province de Hainaut, il est de 24 millions. Et si rien ne change et que la prise en charge en 2024 du financement des zones de secours passe comme prévu à 60%, le coût pour les cinq provinces tournera alors autour des 200 millions. Pour Serge Hustache, " si les provinces doivent aller au-delà de 30%, financièrement, ce sera très très compliqué. Ce sera l'aventure avec toutes les inquiétudes et incertitudes pour l'emploi qui vont avec."

Dans une note envoyée en septembre dernier à Pierre-Yves Dermagne, qui était encore à l'époque, ministre des Pouvoirs locaux, l'Association des Provinces wallonnes expliquait que "si le gouvernement persistait dans son choix, la question du licenciement de personnel devra être clairement posée".

Incertitude aussi sur le coût des zones de secours

C'est l'autre partie du problème. Le coût des zones de secours ne cesse de grimper. "Sur l'ensemble des provinces wallonnes à l'horizon 2024, explique Serge Hustache, par rapport aux chiffres d'il y a six mois, c'est déjà 35 millions d'euros en plus. C'est une inflation pas du tout contrôlée". Un dossier loin d'être clos qui est désormais sur la table de Christophe Collignon, le nouveau ministre wallon en charge des Pouvoirs locaux.

Articles recommandés pour vous