RTBFPasser au contenu

Regions

Les prisons namuroises et brabançonnes souffrent-elles toutes de surpopulation?

Les prisons namuroises et brabançonnes souffrent-elles toutes de surpopulation?

La surpopulation est devenue la norme dans les prisons. Aucun établissement n’y échappe, mais le taux varie d’une ville à l’autre. A Andenne par exemple, la prison compte 450 détenus pour 396 places. Surpopulation limitée, mais de nombreux incidents, agressions, prise d’otage ou tentatives d’évasion ont poussé les autorités communales à réagir : sur base de trois rapports commandés à leur administration, elles pourraient prendre bientôt un arrêté similaire à celui qu’a signé le bourgmestre de Nivelles.

A Ittre, où la surpopulation de la prison est comparable à celle d’Andenne, le bourgmestre préfère l’action collective. Il a récemment rencontré les représentants de plusieurs villes et communes qui ont une prison sur leur territoire : un courrier d’interpellation devrait bientôt partir chez la ministre de la Justice.

A Namur, malgré une surpopulation importante, le bourgmestre n’envisage aucune action pour l’instant.

Reste enfin la prison de Dinant, dont on parle peu : elle a pourtant un taux de surpopulation parmi les plus élevés, 54 détenus pour 32 places. Mais l’établissement est calme. Le bourgmestre ne voit aucune raison à ce stade d’intervenir.

Hugues Van Peel

Articles recommandés pour vous