Matin Première

Les priorités de 2021 pour Joe Biden : lutter contre la pandémie et relancer l'économie

© Tous droits réservés

28 déc. 2020 à 11:38Temps de lecture3 min
Par Garance Fitch Boribon

Retour sur l'année 2020 aux États-Unis, marquée comme dans beaucoup d’autres pays par la pandémie de coronavirus, qui a fait des ravages.

Les États-Unis, le pays le plus touché par le covid

Les États-Unis sont le pays le plus touché par la pandémie avec déjà plus de 330 000 décès dû au coronavirus.

Cela s’explique en partie par une gestion catastrophique de la crise par l’administration Donald Trump, qui a tardé à prendre la situation au sérieux et à mettre les moyens en place pour lutter contre le virus. Il a même au départ accusé les journalistes d’exagérer la situation et a pendant plusieurs mois refusé de porter le masque en public.

Il a même tenu plusieurs meetings de campagnes avec des milliers de partisans à l’intérieur de stades ou centres de conférence.

A l’inverse, Joe Biden a multiplié les précautions, portant toujours le masque en public et limitant ses meetings de campagne à quelques dizaines de partisans, souvent confinés dans leur voiture. Alors que beaucoup, même au sein de son équipe de campagne, ont longtemps cru que son absence du terrain allait lui porter préjudice, il semble que cela a conforté sa stature d’homme présidentielle, qui écoute les scientifiques et c’est finalement lui qui a remporté cette élection historique, qui s’est déroulé en pleine pandémie.

La crise sanitaire continue de diviser Joe Biden et Donald Trump

Joe Biden sera investi le 20 janvier 2021 et en attendant le bras de fer continue avec Donald Trump, toujours à propos de la crise du Covid.

Il y a quelques jours le Président américain a rejeté le plan de soutien à l’économie adopté par le Congrès après des mois de tractations. Il réclamait une hausse des aides aux ménages les plus vulnérables. Mais les républicains à la Chambre des représentants ont refusé, des millions d’Américains craignaient de se retrouver sans allocation chômages puisqu’elles ont expiré ce weekend.

Joe Biden a récemment mis en garde le président contre les "conséquences dévastatrices" si Donald Trump ne signait pas ce vaste plan de relance économique.

Sous la pression des parlementaires républicains et démocrates, Donald Trump a finalement ratifié  ce nouveau plan de relance économique.

Et puis les Etats Unis espèrent bientôt voir le bout du tunnel, le Docteur Fauci, le héros du combat contre le coronavirus aux États-Unis a déclaré que :

d’ici le milieu ou la fin de l’été 2021, 70 à 85% de la population devrait être vacciné et le virus pourrait alors devenir un mauvais souvenir. 

Cet immunologue star et conseiller de Donald Trump sera aux côtés du Président élu Joe Biden une fois ce dernier investi. 

 

Quelles seront les grands chantiers en 2021 ?

La lutte contre le coronavirus sera une priorité pour le futur président, mais l’autre grande priorité de Joe Biden c’est évidemment l’économie.

Joe Biden veut adopter très vite un vaste plan d'aide de 700 milliards de dollars pour la relance de l'économie est l'autre priorité de Joe Biden. Et il compte sur sa capacité à convaincre les élus républicains, lui qui a beaucoup négocié avec eux lorsqu’il était sénateur.

Pour le financer, il compte augmenter les impôts des Américains les plus riches et des grosses entreprises. Joe Biden veut aussi que les recettes fiscales soient réinvesties dans des programmes sociaux ou encore dans la modernisation des infrastructures. Il prévoit aussi de doubler le salaire minimum, le passant à 15 dollars de l'heure au niveau fédéral. 

Le climat est aussi une grande priorité pour Biden. Il a dit et répété que s'il était élu, le pays allait rejoindre de nouveau l'Accord de Paris dès les premiers jours de sa présidence.

Plus généralement, la politique environnementale des États-Unis devrait être bien différente que sous la présidence Trump. Ce dernier avait fait de l'industrie des énergies fossiles l'un de ses chevaux de bataille et a souvent mis en doute les scientifiques sur le changement climatique. Signe de l’importance que la question climatique a pour Biden, il a nommé un émissaire spéciale pour le climat, l’ancien sec d’Etat John Kerry, l’un de ses fidèles amis et alliés. 

Et puis l’équipe Biden souhaite vraiment renouer avec les alliés traditionnels des États-Unis notamment l’Europe. Le futur Secrétaire d’Etat Tony Blinken est d’ailleurs francophone et francophile.

Mais il faudra attendre le 5 janvier et l’élection sénatoriale en Georgie pour savoir qui des républicains ou des démocrates aura la majorité au Sénat et donc pour savoir si Biden pourra facilement mettre en œuvre son programme ou pas.

Trump continue de refuser d’accepter sa victoire 

Donald Trump est retranché à la Maison Blanche comme dans son bunker, on le voit sortir que pour quelques parties de golf.

Il avance encore toutes sortes de scénarios pour tenter de garder le pouvoir. Même ses plus fidèles conseillers se répandent anonymement dans les médias pour dire qu'il agit de manière de plus en plus irrationnelle. Donc beaucoup de choses peuvent encore arriver d’ici le 20 janvier, date officielle de la passation de pouvoir

Recevez chaque vendredi l'essentiel de Matin Première

recevez chaque semaine une sélection des actualités de la semaine de Matin Première. Interviews, chroniques, reportages, récits pour savoir ce qui se passe en Belgique, près de chez vous et dans le monde.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous