RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

Les petits poissons qui nagent au cœur de la musique classique

En ce vendredi 1er avril, point de blagues ou d’infos insolites, mais une petite playlist aquatique qui vous permettra de plonger dans la grande et la petite profondeur de la musique classique.

Que ce soit Camille Saint-Saëns, Debussy, Schubert ou encore Poulenc et Satie, ils se sont tous inspirés du milieu aquatique pour donner à leurs œuvres des titres qui sentent bon le poisson.

La Truite de Schubert

Lorsqu’on évoque la "Truite" de Schubert, on pense généralement à son unique quintette – pour piano, violon, alto, violoncelle et contrebasse - composé en 1819. Mais ce n’est pas la seule œuvre de Schubert à être affublé d’un nom de poisson.

En effet, le quintette de Schubert tire son nom de ses lieder, pour voix solo et piano, composé deux ans plus tôt, en 1817 et qui a pour titre Die Forelle, La Truite. Les paroles de ce lied sont inspirées d’un poème écrit par Christian Friedrich Daniel Schubart.

Loading...

Le ballet "On tourne !" de Martinu

Saviez-vous que Bohuslav Martinů avait composé la musique d’un ballet de marionnettes qui raconte la vie amoureuse d’un homard ? Eh bien, si vous vous posez la question : non, ce n’est pas une blague. Le ballet "Roll the camera", que l’on traduit en français par "On tourne !", nous raconte l’histoire d’un homard qui tente de séduire tour à tour un poisson et une perle. Résultat, nous trouvons dans le répertoire de Martinu des œuvres intitulées "La danse des poissons" et "Un homard est amoureux d’un poisson".

Loading...

Les Chantefables de Jean Wiener

En 1955, le compositeur et pianiste français Jean Wiener composait ses 30 Chantefables, des pièces pour voix et piano, sur des poèmes du Surréaliste Robert Desnos. Un véritable bestiaire dans laquelle nous retrouvons notamment Le Brochet, la Sardine, l’Hippocampe ou encore le homard (encore lui).

Loading...

Le Bestiaire de Poulenc

Nous continuons notre tour des bestiaires avec celui de Francis Poulenc, intitulé "Le Bestiaire ou le Cortège d’Orphée", composé en 1919 sur des textes de Guillaume Apollinaire. Et si Wiener était plutôt friand de sardine, Poulenc préférait visiblement la carpe et l’écrevisse.

Loading...

Nous sommes en train de nous constituer un beau plateau de la mer !

Loading...

La ménagerie de Tristan, de Joseph Kosma

Avec le compositeur Jospeh Kosma, on retrouve les textes du poète surréaliste Robert Desnos, qui ont donné naissance au La ménagerie de Tristan. Et dans cette ménagerie, aux côtés du "Chat qui ne ressemble à rien", "la Grenouille aux souliers percés" et "l’Araignée à Moustaches", on retrouve le "Poisson sans souci".

Loading...

Quatrième Livre de pièces de clavecin de Couperin

Revenons à la musique instrumentale avec l’une des pièces issues du vingt-deuxième ordre du quatrième livre de pièces de clavecin de Couperin, qui porte le doux nom d’Anguille. Fermez les yeux et écoutez… Vous verrez très vite sautiller une anguille au rythme de la musique.

Loading...

L’Aquarium de Camille Saint-Saëns

On ne pouvait pas aborder la thématique aquatique des poissons en musique classique sans larguer les amarres dans l’univers féerique de Camille Saint-Saëns. Dans son fameux carnaval, il est une pièce connue de tous, qui évoque toute la féerie de l’œuvre et qui est devenu le thème officiel du Festival de Cannes, L’Aquarium.

Loading...

Et pour terminer, nous ne pouvions pas ne pas plonger "sous l’océan" à la rencontre du plus célèbre des "fishbands" des dessins animés.

Loading...

Articles recommandés pour vous