RTBFPasser au contenu

En Belgique, quels partis politiques ont dépensé le plus en publicités Facebook en 2020 ?

En Belgique, quels partis politiques ont dépensé le plus en publicités Facebook en 2020 ?
09 déc. 2021 à 12:06 - mise à jour 09 déc. 2021 à 15:016 min
Par Aubry Touriel

Le collectif Adlens a présenté pour la première fois les dépenses publicitaires des partis politiques en Belgique en 2020 : 4.858.980 euros en un an. Bart De Wever est le N°1 des politiques européens et la page Vlaams Belang est la plus sponsorisée d’Europe.

Facebook et la politique : l’heure de la régulation a-t-elle sonné ? " Le nom du webinaire organisé par Kristof Calvo, député fédéral Groen, donne le ton. Entourés de représentants CD&V, PS et Ecolo, les députés ont débattu de la mise en place d’une limite aux montants dépensés par les partis politiques sur les réseaux sociaux.

En introduction, Adlens, un collectif qui rassemble journalistes, chercheurs et analystes de données a présenté en primeur les chiffres de l’année 2020 et les 11 premiers mois de 2021.

Créée en janvier 2021, cette équipe a compilé, les annonces sponsorisées par les formations politiques en Belgique via la bibliothèque publicitaire Facebook.


►►► À lire aussi : Trois partis sur quatre veulent diminuer leurs dotations publiques, mais comment vont-ils y arriver ?


Outre les communications des partis et de leurs différentes sections, l’analyse prend en compte les dépenses réalisées pour les personnalités, ainsi que les campagnes spécifiques, par exemple l’initiative "We are one" du PTB et du PVDA pendant l’Euro de football ou le mouvement du cdH " Demain il fera beau ".

Top 3 : N-VA, Vlaams Belang, PTB

En 2020, les partis ont dépensé 4.858.980 euros de publicités sur Facebook. La N-VA, le Vlaams Belang et la page néerlandophone du PTB ont dépensé ensemble 3,6 millions, soit 74% de l’ensemble. Si on y ajoute la page la page francophone du PTB, le pourcentage monte à 78% pour seulement trois partis.

Loading...

Pour l’année 2021, on se profile vers des chiffres assez similaires à 2020. Après les 11 premiers mois, la somme totale dépensée atteint plus de 4,3 millions. L’année 2021 devrait tourner autour des 4,7 millions d’euros, si la moyenne de près de 400.000 euros/mois se poursuit en décembre.

Le Vlaams Belang passe le relais à la N-VA

Ce qui frappe quand on regarde la ligne du temps, c’est que le Vlaams Belang domine le classement de janvier à septembre 2020 avec des montants mensuels qui montent jusqu’à 165.000 euros.

Loading...

À l’automne 2020, la N-VA passe à la vitesse supérieure : elle va commencer à investir de plus en plus, dépassant même les 200.000 euros mensuels.

Comme le montre ce graphique, ce sont surtout les partis néerlandophones qui dépensent sur les réseaux sociaux. Les deux exceptions étant le PTB et le MR.

Trois partis belges dans le top 5 européen

Même au niveau européen, les partis belges sont les plus enclins à sponsoriser leurs publications. La page nationale du Vlaams Belang arrive en première place pour la même période (de janvier 2020 à novembre 2021). Elle est suivie de la page nationale de la N-VA et la page néerlandophone du PTB s’installe en 5e position.

Loading...

Les autres partis européens les plus dépensiers sur Facebook viennent d’Allemagne et des Pays-Bas. La présence de partis de ces deux pays est peut-être liée à l’organisation d’élections. Les Néerlandais ont été votés en mars 2021 (et attendent toujours un gouvernement). En Allemagne, les élections fédérales de septembre ont mis fin au règne d’Angela Merkel.

Même s’il n’y a eu aucune élection en Belgique, le Vlaams Belang et la N-VA n’en demeurent pas moins les deux partis qui dépensent le plus pour leur page en Europe.

Explosion des pubs pour les personnalités

Les partis investissent de plus en plus dans leurs figures de proue, comme leur président ou leurs ministres. Ils partent du principe qu’elles sont finalement les mieux placées pour incarner le parti et attirer de nouveaux électeurs.

Sur ce graphique issu de données collectées par Adlens, on retrouve les 12 politiques qui ont été le plus sponsorisés entre janvier 2020 et novembre 2021. De 27.583 euros en janvier 2020, les montants cumulés pour ces représentants ont frôlé les 200.000 euros en décembre 2020 avant d’arriver à 116.099 euros en novembre 2021.

Loading...

Quand on regarde l’évolution au fil de temps, le premier semestre de 2020 peut se résumer en une lutte pour la première place entre le président de Vooruit, Conner Rousseau, et le président du Vlaams Belang Tom Van Grieken.

Au mois d’août 2020, Bart De Wever vient les départager et restera, sauf rares exceptions, le politique qui dépense le plus en Belgique depuis. De janvier 2020 à novembre 2021, le président de la N-VA aura dépensé près de 600.000 euros, contre environ 340.000 pour Peter Mertens (PTB/PVDA), Conner Rousseau et Tom Van Grieken.

Bart De Wever, champion d’Europe

Avec un tel montant, le président de la N-VA est non seulement le politique le plus sponsorisé de Belgique, mais aussi d’Europe. Avec 600.000 euros en deux ans, il ravit aisément la première place en Europe.

Mais il est loin d’être le seul Belge dans le palmarès : dans le top 10, 9 politiques sont belges (tous néerlandophones sauf Georges Louis Bouchez). On pourrait parler d’invasion belge… Le seul politique qui se faufile dans la masse est le Néerlandais Wopke Hoekstra du parti chrétien-démocrate CDA.

Loading...

Alors que nous ne sommes pas en période électorale, les partis dépensent plus que jamais dans leur président ou ministre. Il ne faudra pas demander quand les élections de 2024 pointeront le bout de leur nez…

Publicité politique ou pas ?

Des chercheurs de la KU Leuven (groupe de recherche imec-DistriNet) et de l’université de New York (Cybersecurity for Democracy) viennent de publier une étude qui démontre que Facebook analyse erronément, au niveau mondial, 83% des publicités politiques qui n’ont pas été dûment déclarées.

Parfois, elles ne sont pas détectées comme des publicités politiques, mais souvent, des publicités non politiques sont qualifiées à tort de publicités politiques. En Belgique, 9% des publicités politiques ne sont pas détectées. La Belgique se situe ainsi dans le ventre mou du classement et occupe la 28e place sur les 58 pays étudiés.

Adlens, qui a rassemblé toutes ces statistiques, base ses résultats sur les données fournies par la bibliothèque Facebook. Geert Van Damme, membre du collectif, explique : " Nous constatons des cas de " faux positifs " : des pubs classées " politiques " alors qu’elles ne le sont pas. Nous faisons en sorte de les exclure. C’est plus difficile de détecter Les publicités politiques qui ne sont pas signalées. Nous nous concentrons actuellement principalement sur l’automatisation et la visualisation des rapports et des données fournis par Facebook. "

Course effrénée ?

Même si certaines publicités pourraient échapper au radar, il n’en reste pas moins que les partis politiques belges sont les champions des dépenses publicitaires sur Facebook. Et ce, alors que les prochaines élections auront lieu dans trois ans.

Les députés membres du panel organisé par le député Kristof Calvo ce jeudi ont tous exprimé leur volonté de modifier les règles sur les dépenses politiques sur les réseaux sociaux. Le député socialiste Khalil Aouasti (PS) vient de déposer une proposition de loi visant à supprimer les publicités politiques sur Facebook pendant la période de prudence, les 40 jours avant les élections.

Ecolo/ Groen a de son côté également introduit ce jeudi une proposition de loi pour limiter et contrôler des dépenses électorales en dehors de la période électorale.

Lors d’une précédente enquête RTBF, il s’est avéré que, sur papier, tous les partis qui ont répondu sont en faveur, à l’exception du PTB, de la N-VA et du Vlaams Belang, cela représente une majorité de 80 sièges sur 150. Le MR avait alors refusé de répondre à nos questions.

Loading...

Il ressort néanmoins d’une grande enquête du magazine Médor que le MR ne veut pas entendre parler de restrictions, comme l’explique son président Georges-Louis Bouchez : " L’argent est inhérent au combat de propagande depuis la création de l’humanité. Il faut arrêter de faire semblant. C’est la même chose en Formule 1. Dès qu’il y a une écurie qui maîtrise mieux une innovation technologique, les autres équipes se liguent pour expliquer que ce n’est pas fair-play et pour l’interdire. Le PS agit comme une écurie qui n’a pas eu la dernière trouvaille technologique et qui veut l’interdire au PTB. "

Le MR est donc le seul parti de la Vivaldi qui s’oppose à un plafond des dépenses publicitaires des partis politiques sur Facebook. Les représentants des partis présents au webinaire de ce jeudi arriveront-ils à le convaincre ?

Articles recommandés pour vous