RTBFPasser au contenu
Rechercher

On n'est pas des pigeons

Les nouvelles technologies au service des sourds et malvoyants

Les nouvelles technologies au service des sourds et malvoyants

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

21 mars 2016 à 13:00Temps de lecture2 min
Par Vivacité

Selon les estimations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en Belgique et dans les pays industrialisés, 1 personne sur 1000 est aveugle. Et une personne sur 100 est malvoyante. Heureusement, la technologie vole à leur secours pour les aider dans leur quotidien.

Si le nombre de personnes atteintes de cécité diminue au fil des années, les malvoyants sont de plus en plus nombreux en raison du vieillissement de la population.

Il ne faut pas faire d’amalgame entre aveugles et malvoyants. Ces derniers sont les personnes atteintes de déficiences visuelles. Ils ont un problème d’acuité (la capacité à distinguer les détails) ou un champ visuel limité (des parties du champ de vision qui disparaissent). C'est très handicapant. Il existe plein d’appareils pour les aider dans leur quotidien. Par exemple :

  • des télécommandes universelles avec des gros boutons compatibles avec une série d’appareils

  • des loupes sur pieds rétro-éclairées pour lire

  • des téléphones avec des gros boutons ou avec des photos

  • des loupes vidéos électroniques destinées aux malvoyants

  • des télé-agrandisseurs basés sur le même principe

Mais ce matériel est coûteux et encombrant. Ce n'est pas toujours facile à transporter. Depuis quelques années, il y a un dispositif qui remplace tout ce matériel spécialisé. Il coûte moins cher et il tient dans une poche : c’est le smartphone. Grâce à lui, nous pouvons agrandir des petits caractères, utiliser la reconnaissance vocale pour écrire ou encore pour se faire lire un texte. Nous avons rencontré Luc et Francesco, deux malvoyants, qui utilisent leur smartphone au quotidien et il parait que ça a changé leur vie on regarde.

Siri, GPS, zoom de l’appareil photo, reconnaissance vocale, Facetime, etc. sont des options directement intégrées dans nos smartphones. Les iPhones sont conçus pour pouvoir être utilisés par des malvoyants, mais ce n’est pas le cas de tous les smartphones. Il est important de bien vous renseigner à l’achat et de demander de le tester.

Des applications sont également conçues pour les malvoyants mais elles ne sont pas préinstallées dans le téléphone. Elles sont même parfois chères, comme celle de Francesco. Telorion est une interface conçue pour malvoyants. Elle permet d’agrandir les caractères, de prendre en photo un texte, de l’afficher en grand, blanc sur noir. Le problème, c'est qu'il coûte 300 euros et nécessite un smartphone haut de gamme.

Be My Eyes

Heureusement, il existe aussi des applications gratuites. Elles permettent de faire des choses similaires mais pas forcément avec le même confort. Be my Eyes” est utilisé pour aider des malvoyants. On peut mettre sa vue au service des malvoyants par l'intermédiaire de son smartphone. Parfois, la machine ne peut pas remplacer une intervention humaine. On fait appel à une communauté. Elle met en relation deux types de personnes : des malvoyants et des bénévoles. Lorsqu'une personne malvoyante a besoin d'aide dans une situation précise (trouver son chemin dans une gare, avoir un renseignement sur la composition d'un aliment, etc.), elle peut solliciter l'intervention d'un bénévole par le biais de l'application. Une personne disponible peut alors utiliser la caméra et le micro du smartphone pour lui venir en aide. Au total, l'application compte 347.000 bénévoles, 26.000 malvoyants et 130,000 appels passés.

 

L'article original est à lire sur RTBF INFO...

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous