RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les nouvelles addictions à internet : info ou intox ?

.
16 juin 2014 à 07:00Temps de lecture2 min
Par cbd

Les gens qui accordent trop de place à leur smartphone peuvent faire sourire ou irriter. Mais selon certains médecins, c’est une véritable addiction qui doit être soignée comme telle. C’est en tout cas l’avis de spécialistes en Corée du Sud, à Singapour, Taiwan ou Hong-Kong. C’est dans cette région que l’on trouve la plus forte proportion de la population qui dispose d’un mobile connecté. 87% des Singapouriens en ont un contre 65% des américains. Le temps qu’ils y consacrent est également plus élevé.

Et ce n’est pas sans conséquences selon Adrian Wang qui est psychiatre dans un centre médical de Singapour. Il explique à l’Agence France Presse "Les patients viennent me voir pour des troubles liés au stress et à l'anxiété, mais je me rends compte que leur mécanisme de survie est de se connecter et d'aller sur les réseaux sociaux". Et il conclut que l'addiction à l'internet devrait être classée dans les troubles mentaux.

Un point de vue confirmé par Tan Hwee Sim, elle aussi psychiatre à Singapour qui relève les évolutions récentes. À côté de la dépendance aux jeux vidéo, elle constate qu’il y a maintenant des jeunes accros aux réseaux sociaux et aux vidéos en ligne. Des pathologies encore mal connues: " L'addiction numérique comme maladie n'est même pas mentionnée dans nos manuels psychiatriques les plus récents, c'est uniquement signalé dans l'annexe comme un trouble qui nécessite des recherches plus approfondies "

Et il n’y a pas que des troubles d’ordre psychologique. Sur le plan physique, des médecins ont aussi noté des douleurs à la nuque qui sont dues à une mauvaise position lors de l'utilisation de terminaux mobiles. Comme pour le tennis elbow, la mal au coude lié à la pratique intensive du tennis, on parle dans ce cas de text-neck ou de iNeck, comme iPhone, iPad etc.

Il y a aussi d’autres types de dangers. Selon Radio France Internationale, traverser la rue les yeux fixés sur son mobile pourrait bientôt être passible d’une amende à Taiwan. En cause, le nombre d’accidents que ce comportement a déjà provoqué.

Mais est-ce qu’on n’est pas en train de jouer à se faire peur ? C’est évidemment la question à se poser. Les angoisses liées aux nouvelles technologies, c’est un grand classique. Autre exemple : selon une étude américaine relayée notamment par la BBC, les gens qui utilisent les sex apps, les applis qui favorisent les rencontres comme Grindr par exemple, sont davantage exposés aux maladies sexuellement transmissibles.

Toute innovation induit des risques nouveaux, c’est une évidence. Il faut les prendre au sérieux sans pour autant les instrumentaliser pour tenter de bloquer les évolutions technologiques et sociales.

MédiaTIC : nouvelles addictions à internet (16/06/14)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous