Regions Namur

Les Namurois à la côte belge : plus nombreux qu’il y a cinq ans… et fans de cuistax

Lorsqu’ils séjournent à la côte, les Namurois cherchent à se ressourcer au grand air

© Grégory Fobe

18 oct. 2022 à 15:18Temps de lecture2 min
Par Stéphanie Vandreck

Tous les cinq ans, Westtoer, l’office du tourisme de Flandre occidentale, sonde les visiteurs francophones de la côte belge pour connaître leur provenance, leur type de séjour, leurs habitudes sur place. Les résultats de la dernière enquête, menée sur place auprès de 2600 groupes de touristes francophones, viennent d’être publiés. Il en ressort que, par rapport aux derniers chiffres de 2017, les visiteurs de Bruxelles et de Wallonie sont globalement plus nombreux. Pour les séjours d’au moins une nuit, par exemple, l’office du tourisme dénombre cette année 25% de francophones, contre 19% avant la crise sanitaire. "A certaines périodes, on a même eu des chiffres allant jusqu’à 28%. Mais les chiffres actuels prouvent qu’ils sont revenus depuis. Ce qui est bien pour nous, vu que les francophones sont un marché important pour la côte", note Mieke Dumont, porte-parole de l’agence.

Proximité et nostalgie

La crise covid a également incité les francophones à retourner séjourner dans des endroits proches de chez eux et surtout qu’ils connaissent, qui leur rappellent leur enfance et les rassurent. Une tendance à la nostalgie qui ressort des chiffres de Westtoer. "On travaille sur les madeleines de Proust. Les visiteurs retournent là où ils sont allés enfants, avec leurs propres enfants. Ils veulent manger les mêmes gaufres, les mêmes glaces, refaire du cuistax", remarque Mieke Dumont. Le cuistax est d’ailleurs plébiscité par 54% des Namurois quand on leur demande quelle est leur activité préférée à la côte lors des visites d’un jour, juste derrière la flânerie sur la digue et les activités de plage. Si les visiteurs namurois représentent seulement 6% des touristes d’un jour, c’est parce qu’ils en sont plus éloignés que les Hennuyers, qui eux sont 33% à se rendre à la mer pour une journée. Par contre, pour les séjours, le chiffre augmente

Moins de résidences secondaires

Si les visiteurs namurois représentent seulement 6% des touristes francophones d’un jour, c’est parce qu’ils en sont plus éloignés que les Hennuyers, qui eux sont 33% à se rendre à la mer pour une journée. Par contre, pour les séjours, le chiffre est plus important : comme leurs voisins du Hainaut, ils sont 11% à passer au moins une nuit dans un hébergement de la côte. Leurs préférences vont vers Coxyde La Panne et Middelkerke. "Les personnes interviewées insistent sur la proximité. Pour des habitants de la province de Namur, par exemple, cela fait entre deux et trois heures de route", ajoute la porte-parole. Ils y viennent pour se ressourcer, quelle que soit la météo. 1450 familles de la province de Namur sont par ailleurs propriétaires d’une résidence secondaire sur la côte. Ce sont, avec les Luxembourgeois, les habitants du sud du pays qui ont le moins investi là-bas. La palme revenant aux Bruxellois et aux Hennuyers.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous