Icône représentant un article audio.

La Passion selon Céline

Les mystères de l'organistrum, ancêtre de la vielle à roue

La Passion selon Céline

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Connaissez-vous des instruments de musique qui se jouent à deux ? Il y a bien le piano à 4 mains, et quelques expérimentations parfois cocasses... Et si nous retournions au Moyen-Age, à la découverte d'un instrument un peu mystérieux, quelque peu tombé dans l'oubli. 

Un jeu à quatre mains

L'organistrum est un instrument à cordes, doté d'un système mécanique, et est considéré comme l'ancêtre de la vielle à roue. Il apparaît dans les textes dès la fin du XIe siècle et serait d'origine orientale.  

L’instrument ingénieux se diffuse en Espagne, dans l’Occitanie, en Ile de France et en Angleterre vers la fin du XIIe siècle. La particularité de cet instrument est donc qu'il se joue à deux. 

Dans les textes, il est décrit comme un instrument à cordes à frottement, pourvu d'une roue à manivelle qui joue le rôle de l’archet. L’organistrum ressemble à une énorme guitare, percée de deux ouïes, et montée de trois cordes reposant sur un double chevalet. Les cordes vibrent donc par l’action de la roue à manivelle.

Tout le long du manche, on trouve 8 touches mobiles, qui s’élèvent ou s’abaissent au moyen de chevilles. Elle forment une espèce de clavier, un clavier rudimentaire à tirettes qui exigeait l’usage des deux mains. 

Mais comment s'organiser pour jouer d'un instrument à deux ? 

Les musiciens se tenaient donc l'un à côté de l'autre, l'instrument posé sur leurs genoux. Tandis que le premier pressait les touches, le second actionnait la manivelle. 

Ses possibilités solistiques étant un peu limitées, il était utilisé quasiment uniquement pour le soutien du chant. Il semble d’ailleurs qu’il ait été le premier instrument à entrer dans les églises.

D'un point de vue étymologique, l'organistrum provint du terme "organum", un chant religieux à plusieurs voix, qui se diffuse à partir du XIe siècle, chant qui était justement accompagné par notre fameuse guitare pour deux musiciens. 

Si aucun organistrum du XIIe siècle nous est parvenu, il existe pas moins de 24 représentations recensées de l'instrument, les plus connues étant celles de l’Abbaye St Georges de Boscherville, conservée au musée de Rouen, l’Organistrum du Porche de la Gloire sculpté dans la pierre de la cathédrale St Jacques de Compostelle en Espagne (datée de 1188) mais également l’Organistrum du portail de l’église de Vermenton dans l’Yonne en France.

Représentation d'un organistrum, sur le Porche de la Gloire sculpté dans la pierre de la cathédrale St Jacques de Compostelle en Espagne
Représentation d'un organistrum, sur le Porche de la Gloire sculpté dans la pierre de la cathédrale St Jacques de Compostelle en Espagne © PHAS/Universal Images Group via Getty Images

C’est à partir de ces représentations du XIIe siècle que les luthiers ont pu reproduire l’instrument à partir de la fin du XXe siècle.

Notons le travail de Giuseppe Severini, qui a mené une "étude sur la reconstruction philologique des instruments médiévaux à partir de sculptures, peintures, manuscrits."

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous