Belgique

Les messages et signalements échangés entre les polices belges et étrangères sont en hausse

22 févr. 2022 à 15:01Temps de lecture2 min
Par Belga

Les ministres de l’Intérieur Annelies Verlinden et de la Justice Van Quickenborne ont souligné mardi "l’importance croissante de la coopération policière internationale et du partage d’informations pour la lutte contre la criminalité et le terrorisme", lors d’une visite au centre de la coopération policière internationale de la police fédérale belge (SPOC – 'Single Point of Operational Contact'). En un an, près de 240.000 messages et signalements y ont été échangés, soit une hausse croissante.

Les informations échangées internationalement entre les services de police et de sécurité sont en augmentation, selon la police fédérale. "Alors qu’en 2012, le nombre de messages et de signalements policiers échangés avec l’étranger se situait autour de 78.000, il avait déjà grimpé à 157.000 par an à la suite des attentats à Bruxelles. À partir de 2019, il était déjà question de près de 240.000 échanges par an", selon les autorités policières.

Les informations partagées sont nombreuses. Il s’agit, par exemple, de criminels en fuite et pouvant être arrêtés à l’étranger, de la collecte d’informations sur un suspect dans un dossier belge de stupéfiants ou encore du démantèlement d’un trafic international d’armes.

"La lutte contre la criminalité n’est plus depuis longtemps une question uniquement nationale. L’intensification de l’échange international d’informations au fil des années a permis d’engranger des succès dans des dossiers importants comme Sky ECC (un dossier de piratage des téléphones du réseau crypté, NDLR), mais aussi, par exemple, réduire le risque d’enlèvement parental", selon la ministre de l’Intérieur.

Le SPOC travaille au quotidien avec des informations confidentielles émanant de services de police et de sécurité belges et étrangers, cela explique le peu de visibilité publique dont il fait l’objet, explique la police fédérale. Il s’agit d’un service de la Direction de la coopération policière internationale (CGI) de la police fédérale.

Outre le siège principal situé à Bruxelles, le SPOC comprend aussi trois centres communs entre la police et les douanes, installées à Tournai, Luxembourg et Kerkrade (Pays-Bas). Ces centres permettent d’échanger avec les pays voisins des informations portant sur les régions frontalières.

Sur le même sujet

Le commissaire général tire la sonnette d'alarme : "Soit il y a plus d'argent pour la police, soit nous supprimons des tâches"

Belgique

Articles recommandés pour vous