RTBFPasser au contenu

Tendances Première

Les méditations Mindful Art : retrouver notre centrage et être au contact du Beau

La pleine conscience pour se recentrer et faire sortir ses émotions par le biais de l’art.
25 nov. 2020 à 11:283 min
Par cg

Avec Marjan ABADIE, Fondatrice de l’Institut Mindfulness et Psychothérapeute.

www.mindful-art.eu

Découvrir l’art autrement

Dans un musée, on ne s’arrête pas toujours assez longtemps devant une œuvre pour en ressentir toutes les émotions. C’est l’envie de consommer, on veut en voir plus et de ce fait, on en vient à n’en voir aucune correctement.

Pourquoi ne pas utiliser des techniques de méditation pour ressentir des choses inconnues ?

 

Marjan Abadie explique :

Décoder une œuvre d’art, c’est voir la technique, ça pourrait être une barrière à l’émotion. Dans l’évolution cérébrale, on commence à ressentir une émotion avant de toucher le conceptuel. Il faut les deux. Le mindful Art est un outil pour redécouvrir notre primaire, de la petite enfance. Un tableau n’est pas qu’une œuvre, c’est aussi un ressenti humain d’aujourd’hui sur une œuvre créée dans le passé. Ces va-et-vient culturels nous permettent d’aller au-delà de nos codes habituels de déchiffrage, pour voir le " sensible ". La méditation permet de poser un regard sur ce qu’on ressent face à une œuvre, quelles sont nos émotions.

 

Deux formes d’intelligence

Ces visites sont accompagnées également de poésie de Rûmî, un poète persan né il y a 800 ans. Il indiquait que nous avons deux sortes d’intelligence : l’intelligence cérébrale et l’intelligence qui vient toucher une lumière à l’intérieur de nous. C’est celle-là que le Mindful Art vise à faire jaillir chez chacun. C’est ouvrir la porte pour aux différences de perception.

 

Aujourd’hui, nous avons besoin de ce type d’émotions pour contrer nos stress, nos angoisses.

 

 

Réapprendre à sentir

Le savoir est très valorisé dans nos sociétés ; nous ne sommes pas conditionnés à écouter nos émotions, à les travailler, à muscler nos muscles émotionnels. C’est un apprentissage.

 

 

Regarder le peintre qui me regarde le regarder, c’est vertigineux

 

Un ressenti différent pour chacun

Dans les techniques développées par Marjan Abadie, le ressenti de chacun est différent. Cela permet de sortir des codes qu’on nous impose. Découvrir notre unicité, c’est aller à la rencontre de ce que nous, en tant qu’être humain, avec notre histoire, nous pouvons ressentir.

Mais c’est aussi entrer en contact avec ceux qui nous ont précédés, sentir à quel point nous sommes un continuum d’êtres humains ayant vécu des choses qui nous émeuvent encore. On a d’autres peurs que celles de nos ancêtres. C’est créer un lien avec ces êtres humains, se sentir entouré par eux.

Il y a beaucoup de choses à comprendre d’une époque grâce à un tableau.

 

Emue par un tableau d’une femme triste, peinte par Modigliani, je me suis mise dans la même position qu’elle et nous avons partagé notre tristesse en empathie.

 

Certains ont une faculté de se mettre en empathie, de prendre contact avec une œuvre ancienne et pour d’autres, il s’agit d’apprendre à faire ce chemin.

 

Quand la science prouve que l’art fait du bien

 

Le cerveau nous permet de rester en vie mais aussi d’avoir envie de vivre et la beauté y contribue. C’est le postulat de Pierre Lemarquis, neurologue qui travaille beaucoup sur l’aspect neurologique de l’art.

 

https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/10/22/quand-la-science-prouve-que-l-art-fait-du-bien_6056952_3246.html

 

Deux types de savoir

 

En passant 5 ans en histoire de l’art, on ne m’a jamais demandé de ressentir une émotion, il m’a fallu plus de dix ans de déconstruction pour me reconnecter à mes émotions artistiques. Maudit savoir savant !

Il y a deux types de savoir : un qui nous alourdit et l’autre qui nous allège. Il faut en être conscient et savamment doser les deux. Accéder aux deux est idéal.

 

 

Que faire pour permettre à nos émotions de se manifester devant tableau ?

Il ne pas se forcer à ressentir, ne pas attendre de ressentir. Se laver de toutes ses attentes est une belle porte d’entrée et surtout… prendre le temps.

 

Comment faire avec les enfants ?

Les enfants sont des éponges à émotions. Pour les adolescents, à partir du moment où on les laisse avoir leur sensibilité sans leur dicter, on va découvrir des trésors d’imagination.

 

Des visites via Zoom

 

Les conditions sanitaires actuelles ont au moins une chose positive, les " visiteurs " sont confortablement assis dans leur salon et sont donc dans de meilleures conditions, sans aucune pression ce qui leur permet d’être plus disponibles pour leur ressenti.

Les œuvres sont présentées sous différents angles. Tous les participants voient la même œuvre.

Les visites sont bimensuelles et se font soit en français, soit en anglais.

Elles sont gratuites mais les gens font des dons qui sont reversés à des associations qui travaillent sur le lien social (médecin sans frontière, médecin du monde, beforest…).

 

Prochain RV : le 6 décembre de 17 à 18 heures.

Infos et inscriptions : www.mindful-art.eu

 

 

Pour réécouter et revoir la séquence, c’est ici

Tendances Première : Le Dossier

 Mindful ART : cultiver le lien et se laisser toucher par l'Art, émotionnellement, intimement

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

29 déc. 2020 à 08:00
4 min

Articles recommandés pour vous