RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Les maux de dos : 8 Belges sur 10 sont concernés !

Maux de dos

En Belgique, 8 personnes sur 10 ont déjà souffert ou souffriront de maux de dos. Alors comment les soigner et surtout, comment les prévenir ? Éléments d'information avec Mathieu Tits, kinésithérapeute à l’école du dos de l’hôpital Erasme.

Les maux de dos représentent 10% des incapacités de travail. Il s’agit du second motif de consultation chez le médecin. La douleur peut véritablement être handicapante dans la vie de tous les jours.

On peut définir un mal de dos en fonction de sa localisation. La plus commune est la douleur lombaire : la lombalgie. On peut également le définir sous forme de durée. Si elle ne dure pas longtemps, on dit qu’elle est aiguë. Si elle dure plus de 3 mois, on parlera de lombalgie chronique.

Symptômes de la lombalgie

La lombalgie est localisée dans le creux des reins et provoque des douleurs dans la région lombaire. Elles peuvent irradier jusque dans les jambes et les pieds. La majorité des patients récupèrent en moins de six semaines. Mais 10% des personnes gardent des douleurs plus de trois mois. On parle alors de douleurs chroniques et persistantes.

8 Belges sur 10 souffrent ou ont déjà souffert du mal de dos

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Il y a plus de cas de lombalgies dans les métiers où il faut porter des charges lourdes ou quand il y a des vibrations. Mais on remarque également que dans les métiers où il y a un mécontentement, des mauvaises conditions, un manque de reconnaissance, il y a plus de chances d’avoir des douleurs sur une longue durée. Les facteurs psychologiques jouent un rôle majeur dans les maux de dos.

Comment soigner les douleurs ?

  • L’école du dos

L’objectif : prendre en charge des patients avec lombalgie chronique (plus de 3 mois) ou des revalidations post-chirurgicales. Le rôle du kiné est d’expliquer au patient pourquoi il a mal au dos. Lui faire comprendre que la douleur n’est pas liée à une lésion et que mouvement n’est pas dangereux.

L’objectif, c’est que le patient reprenne un mode de vie plus actif. Et ensuite, l’accompagner dans la reprise d’activités. "On va exposer le patient à ce qui lui fait peur. L’objectif est de jouer sur les peurs du patient et d’augmenter sa capacité à supporter ce type d’exercices" explique Mathieu Tits. On a parfois l’idée qu’il faut attendre de ne plus avoir mal pour bouger. Mais dans le cas des douleurs chroniques, c’est en bougeant progressivement que la douleur va finir par passer.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

La lombalgie bientôt soignée grâce à un hydrogel ?

Santé physique

Psycho-sexo : quand le sport booste la libido !

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous