RTBFPasser au contenu

Regions

"Les larmes du seigneur afghan", le projet de Zabus, avec Campi et Pascale Bourgaux

"Les larmes du seigneur afghan", le projet de Zabus, avec Campi et Pascale Bourgaux
20 mai 2014 à 11:342 min
Par Christine Pinchart

Le projet est né sous la plume du scénariste namurois Vincent Zabus. Son envie était de parler pour une fois, d'un monde réel :

"En BD on est souvent plongé dans un monde imaginaire. En prenant une grand reporter, qui existe et qui va dans des pays qui existent aussi, ça permet de réfléchir sur notre monde et de voir comment il va.

En étant confronté à Pascale et à son expérience du terrain, le défi était de faire un récit qui respectait la réalité. A un moment, elle est en danger, mais il ne fallait pas en faire un film américain. Il fallait néanmoins dire le réel danger, donc il y avait un équilibre de ton à trouver et une façon de structurer le récit, en racontant une histoire qui intéressait le lecteur. Pour un scénariste, ce sont des défis intéressants.

Bien sûr nous avons fait des concessions. D'habitude en BD on est deux, ici nous étions trois, avec des expériences différentes. Il était indispensable que l'on comprenne pourquoi Pascale insistait tellement sur la représentation exacte de l'Afghanistan.

La façon dont on porte le foulard, indique une certaine classe sociale. ce que l'on mange aussi. A un moment il y a des hommes qui arrivent, et le dessinateur n'avait pas penser à dessiner Pascale debout, et ça c'est impensable. Mais on ne l'avait pas précisé dans le découpage. Chaque fois il a fallu se demander ce qui avait du sens, au niveau de la vie afghane et de la vie politique. Ca on ne peut pas le sacrifier. Et d'un autre côté il fallait de la liberté pour Thomas, qui a une certaine palette de couleurs, qui a une façon d'interpréter le réel, et qui devait également s'emparer de la matière, si non il allait s'ennuyer."

Vous avez eu cette envie de BD, et vous l'avez proposée à la journaliste ?

Oui je suis allée la trouver, et elle n'était pas spécialement BD. Aujourd'hui c'est différent. Mais ce qu'elle me racontait c'était la situation politique, et moi sans cesse je lui rappelais que le fil rouge, c'était elle. Donc quand elle avait une attitude, par exemple semer le doute chez des kidnappeurs potentiels, il fallait expliquer pourquoi. Si à un moment elle n'était pas bien parce que son petit garçon lui manquait, il fallait le dire... Tout cela fait partie de l'histoire. Elle n'en parlait pas naturellement, elle allait vers son souci d'objectivité de journaliste. C'est moi qui ai gratté.

Résultat, un magnifique objet, qui expose à la fois, situation politique, aventure et sentiments. Chez Dupuis.

Christine Pinchart

Les larmes du seigneur afghan
Les larmes du seigneur afghan RTBF-Christine Pinchart

Articles recommandés pour vous