RTBFPasser au contenu

Cinéma - Accueil

Les handicapés sortent du ghetto sur les écrans

Les handicapés sortent du ghetto sur les écrans

Dans "Intouchables", Omar Sy joue assume le rôle du candide qui pose à François Cluzet les questions que le spectateur n'oserait pas formuler, notamment sur l'intimité.

Fabien Marsaud, le slameur de "Grand Corps malade" qui fut sportif de haut niveau avant un plongeon malheureux à 20 ans qui l'a laissé un an en fauteuil roulant, privé de l'usage de ses quatre membres, salue d'ailleurs "une autre manière de raconter le handicap". "Omar arrive avec sa naïveté, sa fraîcheur et demande: comment tu fais pour le sexe, comment ça se passe... ça reste tabou, ça fait un peu peur, on n'ose pas", déclarait-il sur Europe 1.

Dans "Hasta la Vista", le réalisateur belge Geoffrey Enthoven va plus loin, avec trois protagonistes ados: travaillés par la chose comme on l'est à cet âge, ils sont déterminés à rendre visite aux femmes d'un établissement "spécialement pour nous", comme l'explique l'un d'eux, en Espagne. L'un est tétraplégique, un autre a perdu l'usage de ses jambes et le troisième est
aveugle - élevé, de surcroît, par sa mère dans un face-à-face étouffant. Ce petit Ovni dans le monde du politiquement correct a remporté cet automne le Grand Prix des Amériques au festival de Montréal - où Claude Lelouch l'a découvert et a décidé de le distribuer en France.

Depuis mi-novembre, France 2 s'est aussi mise à l'air du temps en diffusant chaque midi, avec un réel succès d'audience pour cette tranche (13%), la mini-série "Vestiaires": 2 minutes quotidiennes dans les coulisses du handisport entre des nageurs qui parlent d'eux, de leur allure, des filles et de leurs performances.

Belga

Dans "Intouchables", Omar Sy joue assume le rôle du candide qui pose à François Cluzet les questions que le spectateur n'oserait pas formuler, notamment sur l'intimité.

Fabien Marsaud, le slameur de "Grand Corps malade" qui fut sportif de haut niveau avant un plongeon malheureux à 20 ans qui l'a laissé un an en fauteuil roulant, privé de l'usage de ses quatre membres, salue d'ailleurs "une autre manière de raconter le handicap". "Omar arrive avec sa naïveté, sa fraîcheur et demande: comment tu fais pour le sexe, comment ça se passe... ça reste tabou, ça fait un peu peur, on n'ose pas", déclarait-il sur Europe 1.

Dans "Hasta la Vista", le réalisateur belge Geoffrey Enthoven va plus loin, avec trois protagonistes ados: travaillés par la chose comme on l'est à cet âge, ils sont déterminés à rendre visite aux femmes d'un établissement "spécialement pour nous", comme l'explique l'un d'eux, en Espagne. L'un est tétraplégique, un autre a perdu l'usage de ses jambes et le troisième est
aveugle - élevé, de surcroît, par sa mère dans un face-à-face étouffant. Ce petit Ovni dans le monde du politiquement correct a remporté cet automne le Grand Prix des Amériques au festival de Montréal - où Claude Lelouch l'a découvert et a décidé de le distribuer en France.

Depuis mi-novembre, France 2 s'est aussi mise à l'air du temps en diffusant chaque midi, avec un réel succès d'audience pour cette tranche (13%), la mini-série "Vestiaires": 2 minutes quotidiennes dans les coulisses du handisport entre des nageurs qui parlent d'eux, de leur allure, des filles et de leurs performances.

Belga

Articles recommandés pour vous