RTBFPasser au contenu

Les guitares de Jimi Hendrix, épisode 5

Jimi Hendrix Live At Isle Of Wight Festival 1970
27 oct. 2020 à 21:054 min
Par Laurent Debeuf

" Le feu qui fait danser les diables et les dieux " Prométhée lui-même n’aurait pas rêvé mieux et, même s’il est arrivé à Jimi et Johnny de " mettre le feu " ensemble lorsqu’ils se sont fréquentés en 1966, Jimi Hendrix, lui, mit vraiment cette formule en pratique et ce, bien des années avant qu’elle n’entre dans le langage commun.

La première fois qu’Hendrix déchaîna ses foudres sur l’une de ses guitares, se fut à l’Astoria de Finsbury Park, à Londres, le 31 mars 1967 sur le titre, tout à fait désigné : " Fire ".

Les guitares de Jimi Hendrix, épisode 5

Cette Fender Sratocaster, qui date de 1965, présente un corps noirci laissant apparaître les traces d’une ancienne finition sunburst, un pickguard gondolé sous l’effet de la chaleur, et fut retrouvée tout à fait par hasard dans un garage en 2008. Pas n’importe quel garage puisqu’il s’agit de celui de Tony Garland, ex-attaché de presse de Jimi Hendrix. Bien que ce soit donc chez quelqu’un de tout à fait crédible, cela n’empêche pas que des doutes ont tout de même été émis sur son authenticité. La cause de cela c’est que le corps de la guitare paraît pratiquement intact. Seul le vernis a été brûlé. Le manche, quant à lui, est le seul qui est resté " en bon état " mais dont la tête a été balafrée par des brûlures de cigarettes.

Les guitares de Jimi Hendrix, épisode 5
Les guitares de Jimi Hendrix, épisode 5 © Tous droits réservés

Alors, s’agit-il d’une vraie relique ou d’une pâle copie honteusement présentée comme ayant appartenue au maître ?... Laissons le bénéfice du doute confirmer, ou pas, les 575.000 $ récolté lors de sa vente.  

Autre guitare flambée à l’essence pour briquet, par les instincts pyromanes de Jimi Hendrix, c’est la Strat sacrifiée au Miami Pop festival, le 19 mai 1968. Cette dernière, qui a vraiment eu chaud, c’est Frank Zappa qui en hérita par l’entremise d’un roadie du nom de Howard Parker, que tout le monde surnommait " H ". 

Les guitares de Jimi Hendrix, épisode 5

Après l’avoir remise en état, Frank Zappa s’en était servi sur son album " Zoot Allures " en 1976 et, Plus tard, c’est son fils Dweezil qui la récupéra et la fit restaurer à son tour avant de la mettre aux enchères, d’abord aux Etats-Unis en mai 2002 pour, tenez-vous bien… 1 million de dollars. Difficile de trouver acquéreur pour une telle somme si bien que, quelques mois plus tard, c’est en Angleterre qu’elle fut proposée à la vente pour 450.000 £, mais toujours sans succès…

Pour info, cette guitare se retrouva en photo à l’intérieur de la pochette du coffret DVD " Strat Pack " qui reprend tout le concret organisé pour les 50 ans de la Fender Stratocatser, rassemblant une pléiade de rock stars. Mais, curieusement, Dwezill Zappa y est totalement absent.

Autre " mise à feu " notoires, et qui est véritablement rentrée dans l’histoire, c’est celle du fameux festival de Monterey. Un moment de l’histoire du rock qui fut une véritable piste d’envol pour Jimi Hendrix que personne ne connaissait encore, ou alors par ouï-dire (c’était Paul McCartney qui avait joué les entremetteurs) Et donc Hendrix se retrouva parmi Janis Jolin, les Who, ou encore Otis Redding, le 18 juin 1967, et le moins que l’on puisse dire, c’est que son jeu et ses larsens acides ont percuté de plein fouet les jeunes hippies californiens du Summer Of Love.

Réitérant son geste de l’Astoria et du Miami Pop Festival, Jimi Hendrix, Frappera un véritable coup ce soir, à la fin de sa prestation où, sur une mémorable version de " Wild Thing " il conclut son " gig " en immolant sa guitare dans un acte sacrificiel resté dans les annales du rock !

La Startocaster Rouge Candy dont il s’était équipé ce soir-là avait bénéficié d’un traitement de faveur psychédélique comparable à celle du Saville Théâtre.

En effet, peu de temps avant le concert, Hendrix peint une partie du corps en blancs et ajoutera le même genre de motifs floraux.

Datant vraisemblablement de 1965, c’est un modèle de transition avec une petite tête pré CBS et une touche en palissandre. Hendrix fini par la fracasser et les morceaux restants furent dispersés dans la foule, comme on le voit sur les images du concert. Aujourd’hui, il n’en reste qu’un seul vestige qui est conservé à l’Experience Music Project de Seattle.

Le Custom Shop bien connu de Fender, en hommage au Voodoo Child, s’est attelé à la recréer dans les moindres détails en 1997, et John Mayer ainsi que Kenny Wayne Shepherd ont tous deux eu l’occasion de jouer sur les premiers prototypes. Réalisée par l’équipe du luthier John Page, et pour une édition très limitée de 210 exemplaires, chacune de ces guitares furent peinte à la main par l’artiste Pamélina H. qui, à l’âge de sept ans était, elle-même présente à Monterey comme beaucoup d’autres enfants de jeunes hippies. L’artwork réalisé par cette artiste, a été reconstitué à partir de la vidéo du concert, analysée image par image.

Les heureux détenteurs d’une de ces rééditions ont tous également reçu, avec leur précieuse guitare, un " backstage pass ", à l’effigie du génial gaucher, additionné du célèbre cliché du photographe Ed Caraef montrant Jimi pris sur le vif en train de brûler sa guitare. Et pour être encore plus d’ans l’ambiance, les flyght-case de chaque instrument étaient même parfumés à l’huile de Patchouli.

Et enfin, cerise sur le gâteau, certains exemplaires ont même été vendus brûlés et accompagnés d’un briquet Zippo… Les lois du marketing sont impénétrables.

Wild Thing

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

22 nov. 2020 à 10:54
1 min

Articles recommandés pour vous