Monde

Les gorges du Verdon presque à sec ? "Dire qu’il n’y a plus que 40 cm d’eau, c’est totalement faux !"

© Getty Images – Nicola Micheletti

12 juil. 2022 à 14:07 - mise à jour 12 juil. 2022 à 14:48Temps de lecture3 min
Par Marine Lambrecht

Presque plus d’eau dans le plus grand canyon d’Europe, la plupart des activités interdites et les exploitants désespérés de l’absence de touristes. C’est comme ça que de nombreux médias français dépeignent la situation dans la vallée du Verdon. Cette année est particulièrement sèche. Il faut remonter à 1964 pour retrouver un tel niveau de sécheresse selon les autorités. Mais les conséquences de cette sécheresse sur le tourisme sont à nuancer, selon Gilles Gravier, responsable presse de Tourisme Verdon.

Dans une vidéo de la chaine Youtube du Parisien, on peut par exemple lire qu’il ne reste "plus que 40 cm d’eau" dans le lac de Castillon. Une information provenant au départ de l’Agence France-Presse (AFP). Mais le Parisien a omis de préciser que ce niveau d’eau a été mesuré au bord d’une des plages et pas dans l’ensemble du lac.

"Cette information est totalement fausse, s’insurge Gilles Gravier. La plage de Saint-André-les-Alpes est fermée mais pas le reste du lac. Son niveau est plus bas que l’année dernière, mais on peut encore s’y baigner." Avec ses 5km², le lac s’étend sur différentes profondeurs. La plage fermée est située peu après l’embouchure avec le Verdon.

Selon Gilles Gravier, le niveau de l’eau dans cette partie du lac est naturellement plus bas que dans le reste du lac de Castillon. A la mi-juin, le débit y était proche des valeurs minimales historiques observées avec moins de 2,5 m³/s. De plus, l’eau y est trouble en raison de sédiments accumulés par le barrage et de la boue recouvre le sol, ce qui pose des problèmes de sécurité.

 

Sur cette photo prise le 4 juillet, on peut voir que le lac de Castillon n’est pas asséché.
Sur cette photo prise le 4 juillet, on peut voir que le lac de Castillon n’est pas asséché. © Aérogliss

Saskia Speeleveld est Belge. Elle est gérante d’un camping à Castellane, à 5 km du lac de Castillon. "J’ai été choquée par plusieurs articles de presse", explique-t-elle. " J’ai eu des appels de clients qui pensaient que les Gorges du Verdon étaient fermées. Le niveau est plus bas que la norme mais il y a encore plein de choses à faire. Il faut juste faire 50 mètres de plus à certains endroits pour accéder au lac." Elle l’assure, il y a de la place pour tout le monde sur les plages. Heureusement, son camping n’a pas été affecté, il affiche complet. Ce qui inquiète davantage Saskia, c’est l’impact de la sécheresse sur la nature. "En 15 ans, je n’ai jamais vu une sécheresse pareille. D’habitude, on a toujours de la neige en hiver. Cette année, on n’a rien eu."

Trop peu de précipitations toute l’année

"Face aux très faibles précipitations qu’on a eues et le manque de neige, on est sur une situation historique. On a 40% de chutes de pluie en moins aujourd’hui", explique Violaine Démaret, Préfète des Alpes de Haute-Provence, interrogée par l’AFP. En plus d’être un espace naturel protégé, la vallée a une fonction essentielle des kilomètres plus loin. Le Verdon se jette dans la Durance qui alimente en eau toute la région ainsi que trois grandes villes : Marseille, Aix-en-Provence et Toulon.

Cette année, la sécheresse a poussé EDF à limiter l’activité de ses différents barrages dans la vallée. Le débit est limité au niveau minimum pour protéger la faune et il n’y aura pas de lâchers d’eau. Et sans ces fameux lâchers, impossible de faire du rafting. L’activité est donc annulée pour toute la saison touristique. "Mais toutes les autres activités du parc naturel restent possibles", insiste Gilles Gravier.

Les vacanciers toujours bienvenus

Les vacanciers sont donc toujours les bienvenus. "Les vacanciers, on est heureux de les avoir et de les accueillir dans le département des Alpes de Haute-Provence, premier point. Deuxième point, on va faire en sorte qu’ils puissent avoir des activités, peut-être pas en quantité comme d’habitude, mais autant que faire se peut, que quand ils viennent se baigner dans nos lacs, ils le fassent en toute sécurité, pour qu’ils aient évidemment l’essentiel préservé. Et ensuite on va leur demander, comme à nos habitants, nos locaux bas-alpins, d’avoir des gestes responsables", détaille la préfète.

Et il y a de quoi faire : canoë, randonnée aquatique, canyoning, paddle… Veillez toutefois à vous renseigner à l’avance. Pour certaines activités, comme le canyoning par exemple, il faut être accompagné d’un moniteur certifié pour des raisons de sécurité.

Sur le même sujet

Les sites naturels préférés des Français sont en grave danger

Ecologie

Perles d'eau : les gorges du Verdon

Perles d'été

Articles recommandés pour vous