RTBFPasser au contenu

Les gardiens de prison ont rencontré Daniel Bacquelaine, ministre des Pensions

Les gardiens de prison ont rencontré Daniel Bacquelaine, ministre des Pensions
04 mai 2016 à 05:59 - mise à jour 04 mai 2016 à 08:312 min
Par RTBF

Une délégation de gardiens de prisons de Lantin et de Paifve s'est invitée à l'aube devant la maison du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) à Chaudfontaine. La pension des gardiens est l'un des points dénoncés par les gardiens partis en grève depuis 9 jours maintenant.

Les agents pénitentiaires se sont d’abord invités au domicile du ministre. Celui-ci n’était pas présent. La cinquantaine d’agents a par contre reçu un rendez-vous à l’administration communale de Chaudfontaine. Tôt ce matin, ils ont donc rejoint l’Hôtel de Ville à un rythme d’escargot. Ils y ont rencontré le ministre des pensions pour lui remettre un gadot symbolisant l’outil de travail des agents d’ici quelques années.

Pourquoi cibler le ministre des pensions? Parce que l’une de leurs revendications concerne le volet des pensions. Jusqu’à présent, les agents avaient droit à un congé préalable à celle-ci, un congé de 5 ans. Celui-ci est régulièrement remis en cause et cela, les agents n’en veulent plus, d’où l’action de ce matin.

Lors de cette rencontre, Daniel Bacquelaine a rappelé que des négociations étaient en cours au sein du Comité national de Pensions. "Je leur ai redit que tout le monde ne travaillera pas jusqu'à 67 ans. Il y aura des dérogations en fonction de critères de pénibilité et c'est la négociation qui est en cours actuellement avec les syndicats, pour définir ces critères de pénibilité et voir dans quelle mesure tel ou tel métier correspond à ces critères. Quant au congé préalable, on s'est engagé à respecter les accords sociaux, mais le but c'est quand même que progressivement tout le monde travaille un peu plus longtemps".

A l'issue de la rencontre, les syndicats étaient plutôt satisfaits : "C'était une rencontre positive. On a pu exposer nos doléances. Maintenant, on est bien conscient que c'est toujours en concertation. J'espère que le ministre va tenir compte de ce dont on lui a fait part", a précisé Pascal Dessouroux, président de la délégation CSC de la prison de Paifve. "On a bien entendu parlé des pensions, mais nous sommes en grève pour tout un paquet de mesures. Il y a la rationalisation, des attaques généralisées contre les statuts de la fonction publique, etc. On a une assurance qu'il y aura une discussion la semaine prochaine en Comité des Pensions sur la pénibilité dans le cadre du personnel des prisons, nous souhaitons vraiment qu'on ne nous y oublie pas",  a ajouté Roland Bolly, président de la délégation CGSP de cette même prison.

Articles recommandés pour vous