Belgique

Les flamingants radicaux de la Veillée de l'Yser s'en prennent à Jan Jambon

Jan Jambon (N-VA) ciblé lors d'une Veillée de l'Yser moins fréquentée

© Belga

30 août 2015 à 13:35 - mise à jour 30 août 2015 à 13:46Temps de lecture1 min
Par Belga

Le président de la 14e édition de la Veillée de l'Yser -dissidence radicale de l'organisation nationaliste flamande du Pèlerinage de l'Yser - a critiqué ouvertement dimanche le vice-Premier ministre N-VA du gouvernement fédéral Jan Jambon, devant une assistance moins forte que l'an dernier.

"Les transferts financiers se poursuivent, même sans le PS"

Les séparatistes flamands les plus radicaux n'apprécient pas la participation de la N-VA au gouvernement fédéral. Le président de la Veillée de l'Yser, Wim De Wit, a fustigé les propos de Jan Jambon qui, le 29 avril au Cercle de Wallonie, avait affirmé que "les transferts [financiers] Nord-Sud, ça nous aide juste pour le marketing, mais en fait, ça ne nous intéresse pas".

Le stade national à Grimbergen, "bastion du rayonnement francophile"

"Les transferts se poursuivent, même sans le PS au gouvernement", a renchéri Bart De Valck, président du Mouvement populaire flamand. Wim De Wit s'en est pris aussi au projet de stade national, qui doit s'ériger en Flandre (Grimbergen) sur un terrain de la Ville de Bruxelles, le parking C du Heysel. "C'est un bastion du rayonnement francophile, une nouvelle atteinte à notre territoire et une humiliation évidente", a-t-il jugé. Cette structure appelée à être construite au nord de Bruxelles, Bart De Valck la voit comme participant d'une "extension rampante" de Bruxelles, dont le but ultime serait de créer un corridor au sud vers la Wallonie.

"Que la N-VA réalise la première mesure de son programme: une république flamande indépendante"

Revenant à la politique du gouvernement fédéral et à Jan Jambon, Wim De Wit a évoqué le tax shift (virage fiscal), qu'il souhaite voir accompagné d'une réforme profonde de la sécurité sociale. "Parole tenue, mission accomplie", avait affirmé Jan Jambon lors d'un premier accord sur le tax shift. "Je ne serai euphorique que lorsque le même ministre annoncera la réalisation du premier point du programme de son parti: une république flamande indépendante", a lancé Wim De Wit. L'an dernier, la N-VA avait également été critiquée à la Veillée de l'Yser, mais sans jamais être nommée. 

Sur le même sujet

Festival néonazi à Ypres à la fin de ce mois : des services de renseignement européens s’alarment. La ville annule finalement le festival

Belgique