RTBFPasser au contenu

Psychologie

Les femmes sont de plus en plus enclines à faire un enfant avant de se marier et après leurs études

Selon l'étude, 18 à 27% des femmes diplômées et actuellement âgées d'une trentaine d'années ne seront pas mariées au moment de la naissance de leur premier enfant.
12 sept. 2021 à 15:002 min
Par RTBF Tendance avec AFP

Un diplôme, un emploi puis un bébé... et éventuellement un mariage. Contrairement à leurs aînées, les femmes trentenaires diplômées sont de plus en plus nombreuses à faire un enfant avant de se faire passer la bague au doigt, selon une étude américaine.

Les "temps changent", chantait Mc Solaar. Si dans les esprits, le mariage vient généralement avant l'arrivée d'un enfant, la tendance semble inversée depuis quelques années. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Science et réalisée par des chercheurs de l'université Johns Hopkins (États-Unis).

Après avoir passé au crible les données démographiques de trois études consacrées au sujet entre 2014 et 2016, les auteurs des travaux supposent que 18 à 27% des femmes diplômées et actuellement âgées d'une trentaine d'années ne seront pas mariées au moment de la naissance de leur premier enfant.

"Ces résultats suggèrent un changement historique chez les personnes instruites, qui ne fondent plus leur famille par le mariage mais par un bébé", commentent les chercheurs. 

Si la proportion de premières naissances "hors mariage" semble avoir augmenté à tous les niveaux d'éducation, la hausse la plus significative s'observe chez les femmes ayant un diplôme universitaire, constate par ailleurs l'étude. En 1996, seulement 4% des femmes trentenaires qui ont suivi des études supérieures ont eu leur premier enfant sans être mariées. Un pourcentage qui a donc été multiplié par six (24,5%) en l'espace de vingt ans.


Lire aussi : Le business du mariage sur le point d'exploser aux États-Unis


D'après le sociologue Andrew Cherlin qui a dirigé l'étude, plusieurs facteurs pourraient expliquer cette nouvelle tendance. À commencer par des soucis d'ordre financier. "Les jeunes adultes peuvent repousser ou renoncer au mariage jusqu'à ce qu'ils acquièrent certains repères économiques tels que l'accès à la propriété ou un revenu comparable à celui des couples mariés qui les entourent", suggère ce dernier.

Mais d'une manière générale, ces caractéristiques propres aux nouvelles générations semblent s'inscrire dans l'ère du temps, souligne le sociologue, qui évoque "l'acceptation culturelle généralisée de la monoparentalité et des couples non mariés vivant ensemble".

Pour les trentenaires d'aujourd'hui et les plus jeunes, le mariage n'est d'ailleurs plus considéré comme un "passage incontournable de l'existence". En 2014, une étude dirigée par le Pew Research Center, estimait par exemple que 25% des Millenials étaient susceptibles de ne jamais se marier.

Sur le même sujet

08 oct. 2021 à 08:00
3 min
23 août 2021 à 08:44
1 min

Articles recommandés pour vous