Les femmes payent plus cher leur coupe de cheveux que les hommes: normal ou pas?

C'est le cas dans une partie des salons de coiffure : les femmes payent leur coupe de cheveux plus cher.
04 mai 2018 à 11:48 - mise à jour 04 mai 2018 à 11:48Temps de lecture2 min
Par Audrey Vanbrabant

C'est le cas dans de nombreux des salons de coiffure : les femmes payent leur coupe de cheveux plus cher. Les arguments pour tenter de justifier cet écart sont variés. Des soins qui demandent plus de temps et de produit, la longueur des cheveux ou encore des origines scabreuses qui expliqueraient le pourquoi du comment. Quoi qu'il en soit, l'Institut pour l'égalité des hommes et des femmes s'insurge et crie aux changements. 

L'histoire commence quand la VTM rapporte qu'une Malinoise n'accepte pas de payer sa coupe beaucoup plus cher qu'un homme alors qu'ils ont tous deux demandé quelque chose de similaire. C'est un fait, pour une formule "shampoing-coupe-séchage", les salons de coiffure font souvent une différence de prix entre les sexes. 

À vrai dire, ceci se justifie dans certains cas. Une cliente qui souhaite une coupe spéciale sur des cheveux préalablement lavés avec un masque aux extraits d'eucalyptus avant de commander un brushing supplément volume, ne payera pas le même prix qu'un homme qui veut juste un petit nettoyage de la nuque. 

Défier la concurrence

Le problème se pose quand deux personnes de sexes différents se rendent dans un salon tous les deux pour la même chose : couper, laver, sécher, et c'est tout. Pour Mitch Mues de l'Union des coiffeurs belges, "ces deux personnes payeront exactement la même chose", il en est certain. Pourtant, naviguant sur internet ou en se promenant dans les rues, le constat est différent et le prix aussi. Pas forcément du simple au double, mais il y a tout de même une différence. 

À l'origine, cet écart s'expliquerait par le fait que les coiffeurs ont remarqué que les femmes accordaient plus d'attention à leur apparence et allaient donc plus souvent chez le coiffeur pour demander quelque chose de plus élaboré et faire donc appel au grand savoir-faire du coiffeur. Un peu archaïque. Pour Mitch Mues, cette différence s'est accrue quand il a fallu "combattre la concurrence des coiffeurs malhonnêtes qui proposent des coupes à 10 euros" et que les salons "traditionnels" attiraient donc moins les foules.

Ce qui est certain, c'est que l'Union des coiffeurs belges n'est pas d'accord avec le terme "discrimination" qui n'est pour elle pas justifié. Pour trouver une solution qui conviendrait à tout le monde et pour plus d'égalité, les représentants des coiffeurs et l'Institut pour l'égalité des hommes et des femmes vont prochainement s'installer à la table des discussions pour trouver un terrain d'entente et des tarifs justes. Sur son site internet, l'Institut explique qu'il ne souhaite pas communiquer sur le dossier pour le moment.

Des alternatives qui existent déjà

Des coiffeurs qui s'étaient déjà rendu compte de cette différence tarifaire ont mis en place des alternatives. Par exemple, un salon d'un nouveau genre à ouvert ses portes à Bruxelles. L'idée : proposer des prix sur mesure, proportionnels à la longueur de vos cheveux et à la difficulté de la coupe demandée. D'autres salons calculent en fonction du temps passé devant le miroir à s'occuper du client.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous