RTBFPasser au contenu

Fenêtre sur doc

Les fantômes du passé : un cinéaste explore sa vie

Boris Lehman et Sarah Moon Howe dans "Les fantômes du passé
27 juil. 2021 à 07:302 min
Par Anne Schiffmann

Ecrit à 4 mains ce film est une balade à travers la grande et la petite histoire. Il se réfugie dans ses images passées, elle filme ce qu’il ne veut pas montrer. Jusqu’à ce que les fantômes apparaissent. C’est le portrait d’un homme qui lutte contre sa disparition en produisant des images

Les fantômes du passé : un film de Boris Lehman et Sarah Moon Howe à voir dans Fenêtre sur doc sur La Trois le lundi 02/08 à 22h30 et à revoir sur Auvio

Les fantômes du passé

Bande-annonce

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Boris Lehman est une figure incontournable du cinéma belge. Cinéaste inclassable, aux frontières du cinéma expérimental, de l'essai cinématographique et du documentaire. Son travail est introspectif comme en témoigne son film " À la recherche du lieu de ma naissance", évocation d'un passé effacé et que l’on a pu récemment découvrir en ligne.

Un film dicté par la peur de mourir et d’être enseveli 

Ce dernier film sonne comme un épilogue d’une longue filmographie. Le film commence alors qu’il est emmené en urgence à l’hôpital pour une opération du cœur, à la suite d’un infarctus. Au même moment, le mur de son atelier menaçait de s’effondrer. Deux évènements qu’il voit comme un signe et un appel à faire un film, un film " dicté par la peur de mourir et d’être enseveli " comme il le raconte. " Ce film veut témoigner de ce chambardement et dire finalement comment l’histoire est entré en moi ".

Pour raconter cette histoire, il fait appel à la complicité de son amie réalisatrice Sarah Moon Howe, auteur de films tels que " Le complexe du kangourou " ou " Celui qui sait saura qui je suis ".

Comme toujours, ce sont mes amis, et les femmes qui m’ont sauvé " explique Boris Lehman qui nous invite à voir son film comme le pansement d’une blessure. " Mon ange gardien – muse et accoucheuse  est Sarah Moon Howe ". Elle a co-réalisé le film. Sarah la cinéaste va panser ses blessures comme dans cette scène du début du film où elle recoud la représentation de son cœur abîmé.

Sarah raconte : " je connais Boris depuis toujours mais en réalité je me suis toujours demandé qui est ce cinéaste qui se filme depuis 500 films ? ".

Voilà comme s’est construit cette idée de film à 4 mains et à deux voix. Sarah désire en savoir plus, lui tire les cartes et les vers du nez. Le film devient alors un jeu et une promenade à travers la grande et la petite histoire. A deux, ils se replongent dans des kilomètres de pellicules d’archives. Il se réfugie dans ses images passées, elle filme tout et même ce qu’il ne veut pas montrer. Jusqu’à ce que les fantômes apparaissent du fond de la pellicule. Les fantômes -les revenants -, ce sont ces êtres chers, ces personnes filmées et disparues, qui font ce que nous sommes. Peu à peu, les fragments de sa vie et de l’histoire apparaissent. En définitive, Les fantômes du passé fait le portrait d’un homme qui lutte contre sa disparition en produisant des images.

Production DoVFiLm en coproduction avec Bandits-mages – Les films du Centaure et la RTBF

Sur le même sujet

22 juil. 2021 à 12:43
1 min
13 juil. 2021 à 07:30
2 min

Articles recommandés pour vous