Espace

Les extraterrestres, ces "petits êtres verts" qui n'ont cessé d'exciter notre imaginaire occidental

© Getty Images

12 juin 2022 à 05:00 - mise à jour 12 juin 2022 à 15:09Temps de lecture5 min
Par Adeline Louvigny

Les yeux braqués vers les étoiles, notre civilisation ne cesse de chercher des preuves d’une vie extraterrestre, que ce soit sur d’autres planètes ou sur notre propre Terre. Ce 9 juin, la NASA a même annoncé le lancement d’une étude de plusieurs mois sur les phénomènes aériens non identifiés, ou ovnis. Menée par des scientifiques et experts en aéronautique, cette enquête veut "faire comprendre à tout le monde […] que le processus scientifique est valable pour traiter tous les problèmes, y compris celui-là" a commenté Thomas Zurbuchen, administrateur associé à la Nasa, lors de la conférence de presse.

"Y compris celui-là" : les "histoires" autour des ovnis ont en effet toujours soulevé une folle excitation, agrémentée de théories complotistes, et ont largement imprégné notre culture populaire occidentale. Petit tour d’horizon de l’imaginaire qui s’est créé autour de ces "visiteurs venus d’ailleurs", ces dernières décennies.

Des "petits hommes verts" issus de l'imaginaire d'un écrivain

Il n’est pas rare que les êtres extraterrestres soient décrits comme "des petits bonshommes verts", tout particulièrement s’ils viennent de Mars. Un stéréotype qui a la vie dure, en témoignent les nombreuses représentations dans les films, bandes dessinées ou dessins animés… Selon Pierre Lagrange, sociologue spécialisé en parascience, cette représentation trouverait ses racines dans un roman d’Edgar Rice Burroughs, "A Princess of Mars", publié en 1912, qui décrit les habitants de Mars avec une peau verte.

Les figurines extraterrestres de Toy Story
Les figurines extraterrestres de Toy Story Getty Images

Le terme "petit homme vert" a par la suite été largement utilisé, notamment dans un fait divers américain célèbre des années 50, la rencontre de Kelly-Hopkinsville. Une famille de fermiers du Kentucky a en effet raconté avoir subi l’assaut nocturne de "petites créatures lumineuses", en août 1955. L’information a été reprise par la presse locale, qui a donné ce surnom de "little green men" à ces étranges créatures.

Cette époque est marquée aux États-Unis par un large engouement autour de la question des ovnis, depuis qu’un certain Kenneth Arnold, alors en vol près du Mont Rainier (État de Washington), a observé en 1947 plusieurs objets à la forme étrange, volant à grande vitesse.

Des soucoupes volantes, et une erreur journalistique

La fin des années 40 est en fait le début de l’arrivée de la question des ovnis dans le quotidien du peuple américain, avec les observations de Kenneth Arnold en coup d’envoi. Lorsqu’il décrira ce qu’il a vu à des journalistes locaux, il parlera d’objets se déplaçant "comme une soucoupe si on la fait sauter sur l’eau". Alors qu’il parle d’une forme plutôt triangulaire et arrondie, l’information, relayée nationalement par l’agence Associated Press (AP), sera mal interprétée par les journalistes, qui décriront les objets comme des "soucoupes volantes". Une description qui, encore aujourd’hui, façonne notre imaginaire lié aux voyages spatiaux.

Louis de Funès devant la soucoupe volante du "Gendarme et les extraterrestres" en 1978
Louis de Funès devant la soucoupe volante du "Gendarme et les extraterrestres" en 1978 Patrice PICOT/GAMMA-RAPHO

Ce témoignage sera le premier d’une longue série, à tel point que l’armée américaine décide d’étudier la réalité de ces phénomènes inexpliqués. Ainsi est lancé le projet "Blue Book", qui de 1952 à 1969, s’attellera à rassembler les témoignages d’observation d’ovnis, leur trouver une explication, et ainsi déterminer si ces ovnis représentent une menace pour la sécurité des États-Unis, ou au contraire, une opportunité d’évolution technologique.

En 1968, le rapport Condon, de l’université du Colorado, mettra un terme à ce projet, concluant que "l’étude des OVNIs n’a rien apporté à la connaissance scientifique, et que d’autres études approfondies ne peuvent probablement pas se justifier". Une conclusion qui fera polémique, et qui ne mettra certainement pas un terme à l’excitante idée que des extraterrestres seraient parmi nous.

L’affaire Roswell

Un des cas les plus emblématiques de l’emballement populaire qui peut naître de théories concernant des objets volants non identifiés est certainement celui de Roswell. En 1947, un objet volant s’écrase près de la ville de Roswell, au Nouveau-Mexique, présenté d’abord comme non identifié, puis rapidement identifié comme un ballon-sonde par l’armée américaine. Sur le moment, l’affaire ne fait pas grand bruit.

Ce n’est que dans les années suivantes, que certaines rumeurs autour de "soucoupes volantes" qui se seraient écrasées sur le site commencent à se répandre. Avec cette idée que les autorités américaines cacheraient la présence d’extraterrestres, qu’ils garderaient prisonnier. Le "mythe" Roswell prend toute son ampleur dans les années 80, où une série d’ouvrages reprennent des théories du complot autour de cet étrange crash. Jusqu’à la diffusion d’une prétendue autopsie d’un extraterrestre de Roswell, dans les années 90.

Loading...

Toute cette effervescence autour de l’affaire poussera l’US Air Force à publier deux rapports pour rétablir la vérité sur l’affaire Roswell fin des années 90 : l’objet qui s’est écrasé est bien un ballon-sonde, mais issu d’un programme secret d’espionnage des expériences nucléaires soviétiques (Project Mogul) ; et les prétendus cadavres trouvés sur le site étaient en fait des mannequins utilisés pour des tests en parachute.

Mais cet événement marquera définitivement les imaginaires : on ne compte plus les films, séries, romans, dessins animés dédiés ou faisant référence à Roswell.

Des aliens qui veulent nous étudier

Un autre grand classique dans les histoires d’alien, est celui de l’enlèvement via une grande lumière éblouissante (venant très souvent de la fameuse soucoupe volante). Deux faits divers peuvent être liés à cette représentation des extraterrestres visitant notre planète : celui de l’expérience d’un couple rentrant de voyage en voiture, et d’un caporal en patrouille avec huit soldats.

En 1961, Betty et Barney Hill font route dans le New Hampshire, de retour de vacances. Ils aperçoivent une lumière étrange, qui sort d’un objet de forme circulaire. Avec ses jumelles, Barney pense même y voir des hublots avec des individus à l’intérieur. Voyant que la lumière se dirige vers eux, le couple reprend prestement la route, et se retrouve 55km plus loin, deux heures plus tard, sans s’en rendre compte. Ils ont vécu un "missing time", ou temps manquant en français, concept clé dans les théories d’enlèvement extraterrestre. Par la suite, sous hypnose, les deux raconteront qu’ils ont été emmenés dans un vaisseau par des petits hommes chauves aux grands yeux, et qu’ils ont subi un examen médical. L’histoire sera relatée dans le film "La nuit des extraterrestres", de 1975.

 

Loading...

En 1977, c’est l’enlèvement du caporal Valdès qui excite la curiosité. Il aurait disparu sous les yeux de ses soldats, au Chili, en franchissant un mur de brume, alors qu’il s’approchait de boules lumineuses. Après 15 minutes, le caporal réapparaît, mais avec une barbe de plusieurs jours, et sa montre affichant une date de deux jours dans le futur.

A côté de l’enlèvement, une autre tactique extraterrestre abondamment utilisée dans nos récits est la présence d’aliens cachés au sein de la population humaine, portant un déguisement ou non : Mars attacks !, Le gendarme et les extraterrestres, Invasion Los Angeles, Men in Black, la série Roswell, Superman,…

Faits, croyances, légendes, mythes, cultures…

A la question "Les aliens sont-ils parmi nous", on peut répondre que oui, de par la force de leur présence dans nos imaginaires, nos légendes populaires, nos récits occidentaux. La Belgique a d’ailleurs connu sa "vague" d’ovnis en 1989… La question des extraterrestres, et des ovnis, alimente nos conversations et reprend une certaine légitimité scientifique, comme le montre l’engagement de la NASA dans la compréhension de ces phénomènes aériens non expliqués.

Sur le même sujet

L’image "la plus profonde" de l’univers, Sum analyse cette avancée scientifique

Le 8/9

[Philo] Si les extraterrestres existaient, qu’est-ce que ça changerait pour nous ?

Week-end Première

Articles recommandés pour vous