Les évasions par hélicoptère les plus spectaculaires en Belgique et en France

Nordin Benallal, le roi de l'évasion.

© HERWIG VERGULT - BELGA

26 sept. 2020 à 14:01 - mise à jour 26 sept. 2020 à 14:01Temps de lecture4 min
Par RTBF

Une tentative d’évasion par hélicoptère a-t-elle été évitée ce vendredi après-midi à la prison de Berkendael ? Une pilote de 36 ans, braquée par trois hommes armés sur l’aéroport d’Anvers-Deurne, a été forcée de voler vers Bruxelles. Là, les trois individus lui ont demandé de survoler la prison de Forest et son quartier pour femmes de Berkendael.

Devant l’impossibilité d’y atterrir, l’engin s’est dirigé vers le Brabant wallon. L’hélicoptère s’est enfin posé à Hélécine où le trio a pris la fuite. Ce samedi, on apprend qu’un juge d’instruction a été désigné par le parquet d’Anvers pour tenter de faire la lumière sur cette affaire.

Ce qui est certain, c’est que cette tentative au moyen d’un hélicoptère n’est pas la première du genre dans l’histoire dans le monde et même en Belgique. Celle de vendredi a échoué mais d’autres ont réussi. Retour en arrière sur quatre affaires, en Belgique et en France. Ce sont loin d’être les seules. Mais elles ont été particulièrement médiatisées.

Nordin Benallal, le 28 octobre 2007

Nous sommes le 28 octobre 2007, à la prison d’Ittre. C’est là qu’est incarcéré le braqueur multirécidiviste Nordin Benallal, surnommé le Roi de l’Evasion.

Condamné le 13 février 2004 à 12 ans de prison pour 53 braquages et vols, il s’évade le 8 août de la prison de Nivelles à l’aide d’une simple corde. C’est déjà sa deuxième évasion après celle de 1998 et une autre en décembre 2000.

Nordin Benallal sera repéré cinq jours plus tard. Il tire sur deux policiers lors d’une course-poursuite. Il est finalement interpellé. Retour à la case prison, d’abord à Andenne, puis à Ittre, dans un bâtiment pénitentiaire fraîchement inauguré. Le dimanche 28 octobre 2007, donc, vers 17 h 45, il utilise les gros moyens. Un hélicoptère se pose dans la cour. Benalla grimpe, poursuivi par un autre détenu : ce n’était pas du tout prévu. Le pilote, pris en otage peu avant, tente de redécoller, rate sa manœuvre dans la cohue et s’écrase.

Les complices de Benallal et ce dernier prennent alors un gardien de prison en otage avant de s’enfuir par la grande porte. Ils montent à bord d’un véhicule équipé d’un gyrophare et se volatilisent.

Le lendemain, Benallal est rattrapé aux Pays-Bas après une tentative de braquage. Il est incarcéré chez nos voisins avant d’être extradé en 2010 en Belgique. Nordin Benallal sera encore condamné à plusieurs reprises par la suite dans le cadre de divers dossiers criminels. Placé à l’isolement, il se mettra en grève de la faim.

Ashraf Sekkaki, le 3 août 2009

Ashraf Sekkaki, ennemi public numéro 1 au début des années 2000, est un trafiquant de drogues, appartenant à la Mocro Maffia. Ce Malinois est connu pour braquages, trafic de drogue, car-jackings, fusillades… C’est aussi un habitué des évasions. Il s’évade pour la première évasion alors qu’il est en centre de détention pour jeunes. Au total, il s’évadera quinze fois d’IPPJ.

Condamné à neuf ans pour avoir menacé un surveillant de mort, il se retrouve en prison avant ses 20 ans. La justice envisage un internement psychiatrique mais il parvient à s’évader de la prison de Turnhout à l’aide d’échelles, avec un codétenu.

En 2008, nouvelle arrestation. Dans l’intervalle, Sekkaki aura l’occasion de se faire un nom parmi les parrains de la drogue et les gangs de braqueurs. Il vit mal son incarcération et décide, le 3 août 2009, de prendre la fuite, cette fois en hélicoptère. Des complices dont Lesley Deckers, compagne d’un codétenu, vont d’abord prétendre à une balade touristique en Flandre. Mais une fois au-dessus de la prison de Bruges, ils pointent une arme sur le pilote et le force à se poser dans la promenade de la prison. Sekkaki s’évade.

Les braquages vont se poursuivre avant une fuite vers le Maroc. Sekkaki est arrêté par la police marocaine en août 2009, incarcéré à Oujda d’où il s’évade avant d’être rattrapé et placé dans la prison la plus sécurisée du Royaume chérifien à Salé.

Pourtant, la justice belge le soupçonne fortement d’être le chef d’une organisation criminelle active en Belgique depuis sa cellule marocaine, avec l’aide de ses frères. Ils font partie de la Mocro Maffia, la mafia marocaine de la drogue de synthèse et de la cocaïne.

Michel Vaujour, le 26 mai 1986

Michel Vaujour, figure du grand banditisme en France, parvient à s’évader en hélicoptère de la prison de la Santé à Paris le 26 mai 1986. Il s’évade en montant à bord de l’hélicoptère piloté par sa propre épouse, Nadine. Patiemment et encouragée par son mari, elle va suivre pendant des semaines des cours de pilotage. Le jour J, Nadine et un complice survolent la prison et jette en direction du détenu un pistolet et une corde. L’homme se hisse au sommet de la prison avant de s’agripper à l’hélicoptère avant de fuir.

Michel Vaujour, également un habitué des évasions sera arrêté quelques mois plus tard, à la suite d’une fusillade. Blessé, il devient hémiplégique.

L’histoire de son évasion fera l’objet d’un film, "La Fille de l’air", avec Béatrice Dalle et d’un documentaire "Ne me libérez pas, je m’en charge".

Rédoine Faïd, le 1er juillet 2018

Spécialiste des braquages de fourgons, Rédoine Faïd s’évade de la prison de Réau en Seine-et-Marne. Rédoine est au parloir avec son frère. Des complices armes de kalachnikov disquent la porte menant au parloir. Le groupe s’enfuit et monte à bord d’un hélicoptère dont le pilote a été pris en otage. L’hélicoptère et les véhicules ayant servi à l’organisation de l’évasion seront incendiés.

Ce n’est pas la première évasion de Faïd : la première ayant eu lieu en 2013 à la prison de Séquedin.

Le truand est arrêté le 3 octobre à Creil.

En 2010, celui que l’on croyait retiré du grand banditisme, écrit un livre et en fait la promotion sur différents plateaux de télévision.

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous