RTBFPasser au contenu

Les emojis servent à tout dire, même à parler de sexe (voire d'émotions)

Les emojis servent à tout dire, même à parler de sexe (voire d'émotions)
14 févr. 2019 à 08:57 - mise à jour 14 févr. 2019 à 08:572 min
Par Hélène Maquet

Comme c'est la Saint-Valentin, on en profite pour parler d'amour et de sexualité en ligne. Comment parler de sexe par message, par mail, etc ? On peut, évidemment, s'écrire des mots d'amour ou des mots coquins. On ne peut pas, en revanche, s'envoyer d'emojis sexuels.

Il n'existe pas d'icône officielle pour représenter le sexe féminin ou masculin, ou des actes sexuels, parmi les emojis (ces petites images qu'on peut s'envoyer par message et qu'on trouve dans les claviers de smartphones). Cela dit, comme la sexualité est une part relativement importante de ce que font de nombreux êtres humains, il existe évidemment des moyens détournés d'en parler. En détournant le sens de l'emoji. L'aubergine et le hot-dog, par exemple, peuvent représenter le sexe masculin.  En réalité, tout ce qui peut ressembler à une barre, une baguette,... ou un creux, un trou, un interstice peut être utilisé.

Et comme il n'y a pas de norme, puisque ce n'est que de l’interprétation, ces émojis détournés n'ont pas non plus de genre. Ce qui veut dire qu'ils peuvent être utilisés dans toutes les configurations de couple (et au-delà, d'ailleurs). Il existe également des séries d'émojis. L'un à la suite de l'autre, ils peuvent exprimer des actions.

Un lien entre usage des émojis et activité sexuelle ?

Une étude réalisée à la demande du site match.com révèle qu'il existe un lien positif entre les émojis et l'activité sexuelle. 6000 personnes représentatives de la population américaine (et non membres de Match.com) ont été interrogées en 2014, par l'Université Rutgers. D'après l'anthroplogue qui a mené l'étude, 54 % des utilisateurs d’emojis célibataires avaient eu des relations sexuelles en 2014 alors que seuls 31 % des non-utilisateurs en avait eu une. Autre résultat : "62 % des utilisateurs emoji veulent se marier alors qu'ils ne sont que 30 % chez les non-utilisateurs". L'étude postule que ceux qui utilisent les émojis seraient plus enclins à exprimer leurs émotions.

Une autre étude de l'université de Edge Hill en Angleterre, relayée par le site The Conversation explique que "les personnes qui s'estiment agréables, aimables ou sympathiques utilisent plus volontiers des émojis qui rigolent, qu'ils perçoivent comme des vecteurs de leur personnalité". Tandis que "ceux qui accordent moins d'importance au regard et au jugement des autres ont plus tendance à utiliser tout le spectre des émojis, dont les 'tristes'". Ceux-là estimeraient alors plus important d'exprimer leurs sentiments que d'être jugés.


 

Articles recommandés pour vous